Chronologie de la Révolution cubaine (1959-2006)

Chronologie socio-historique, axé sur Fidel Castro et la Révolution cubaine, de 1926, année de la naissance de Fidel Castro, à 2006. Sont aussi inclus les principaux événements internationaux de la période considérée (en italique). (Source: Ignacio Ramonet, Fidel Castro. Biographies à deux voix, Paris, Fayard/Galilée, 2006, p. 639-675).

1926
  • 13 août : Naissance de Fidel Alejandro Castro Ruz dans le domaine Manacas, à Birán, commune de Mayarí, de l'ancienne province d'Oriente (actuelle province d'Holguín). Son père, Angel Castro Argiz (né le 5 décembre 1875) avait épousé en premières noces, le 25 mars 1911, Maria Argota Reyes, une Cubaine de Banes (Oriente) dont il avait eu deux enfants : Pedro Castro Argota (né en 1914) et Antonia Castro Argota (née en 1915). Divorcé, Angel Castro noue une relation avec Lina Ruz González (née le 23 septembre 1903), vingt-huit ans plus jeune que lui, qu'il épousera en secondes noces le 26 avril 1943 après avoir eu avec elle sept enfants : Angela (1923), Ramón (1924), Fidel, Raúl (1931), Juana (1933), Emma (1935) et Agustina (1938).

1928
  • 14 juin : En Argentine, à Rosario de Santa Fe, naissance d'Ernesto Guevara de la Sema, plus tard connu comme Che Guevara.

1929
  • 24 octobre : Aux États-Unis, « Jeudi noir ». Krach de la Bourse de New York qui entraîne une profonde crise économique, avec des répercussions à Cuba. Des dizaines de milliers d'ouvriers cubains se retrouvent au chômage.

1930
  • septembre : Le petit Fidel va pour la première fois en classe, à l'école publique de Birán.

1931
  • 14 avril : En Espagne, proclamation de la République. Le roi Alphonse XIII part en exil.
  • 3 juin : Naissance à Birán de Raúl Castro.

1932
  • 23 janvier : Le gouvernement de la République espagnole dissout la Compagnie de Jésus. Les Jésuites sont expulsés d'Espagne. Un certain nombre d'entre eux s'installent à Cuba.
  • 8 novembre : Franklin D. Roosevelt est élu président des États-Unis.
  • décembre : Fidel Castro est envoyé par ses parents à Santiago de Cuba. Il loge chez la maîtresse d'école Eufrasia Felú en situation matérielle précaire.

1933
  • 30 janvier : En Allemagne, Adolf Hitler arrive au pouvoir.
  • 12 août : Le dictateur cubain Gerardo Machado est renversé par une grève générale insurrectionnelle. Un gouvernement provisoire assume le pouvoir.
  • 4 septembre : Le gouvernement provisoire est renversé par la « rébellion des sergents », dont un des leaders est Fulgencio Batista. Ramón Grau San Martin devient président.

1934
  • 14 janvier : Fulgencio Batista, promu chef d'état-major de l'armée, renverse le président Ramón Grau San Martin. Désormais, pendant dix ans, avec la complicité des États-Unis, Batista va dominer d'une manière ou d'une autre la vie politique à Cuba. Dans un premier temps, il fait élire des présidents fantoches ; Carlos Mendieta (1934-1935), José A. Barnet (1935-1936), Miguel Mariano Gomez (1936), Federico Laredo Bru (1936-1940), puis il se fait élire lui-même président (1940-1944).
  • 21 février : Au Nicaragua, Augusto César Sandino, « général des hommes libres », qui avait combattu l'occupation américaine, est assassiné par des hommes de Somoza.
  • 29 mai : Dans le cadre de la politique de « bon voisinage », l'administration américaine du président Roosevelt abroge l'amendement Platt, imposé en 1901 à Cuba, et en vertu duquel les États-Unis pouvaient intervenir dans les affaires cubaines selon leur bon vouloir.
  • 5 octobre-19 octobre : En Espagne, « révolution des Asturies », insurrection ouvrière, écrasée dans le sang par les troupes coloniales commandées par le général Franco.
  • 18 octobre : En Chine, début de la Grande Marche. Mao Zedong conduit quelque cent mille communistes jusqu'à la région de Yenan, située à une distance de treize mille kilomètres. Environ vingt mille d'entre eux survivent.

1935
  • janvier : Fidel Castro est baptisé en la cathédrale de Santiago de Cuba. Il intègre l'école catholique de La Salle, pour le second semestre de la première année de primaire.
  • mars : Grève générale contre la politique de Batista réprimée à feu et à sang.
  • 3 octobre : En Éthiopie, les troupes italiennes de Benito Mussolini envahissent l'Abyssinie.

1936
  • 18 juillet : En Espagne, début de la guerre civile. La République est attaquée par une insurrection militaire dirigée par le général Franco, soutenu par l’Italie fasciste et par l'Allemagne nazie.
  • 19 août-24 août : En Union soviétique, début des Procès de Moscou et grandes purges staliniennes. Grigori Zinoviev et Lev Kamenev, entre autres, sont condamnés à mort et exécutés. L'objectif de Staline est d'« épurer » le Parti communiste en éliminant les premiers bolcheviks qui jouissaient d'une forte popularité. Ces procès ont pour but, avant d'envoyer au Goulag ou de faire exécuter certaines personnalités, de les décrédibiliser au sein de la population.

1937
  • 17 janvier-23 janvier : En Union soviétique, deuxième procès de Moscou. Entre autres, Guéorgui Piatakov est condamné à mort et exécuté. Karl Radek écope de dix ans de Goulag.
  • juin : En Union soviétique, troisième procès de Moscou. C'est un procès secret devant un tribunal militaire. Il vise cette fois les généraux de l'Armée rouge. Le maréchal Toukhachevski, entre autres, est condamné à mort et exécuté le 11 juin. Au cours de cette période, les trois cinquièmes des maréchaux soviétiques et le tiers des officiers de l'Armée rouge sont arrêtés et fusillés.

1938
  • 2 mars-13 mars : En Union soviétique, quatrième et dernier procès de Moscou. Alexeï Rykov, Nikolaï Boukharine et Genrikh Iagoda, entre autres, sont condamnés à mort et exécutés.
  • 23 septembre : En Espagne, les Brigades internationales, composées de volontaires venus de cinquante-quatre pays pour défendre la démocratie contre le fascisme, se retirent.

1939
  • 1er avril : Fin de la guerre d'Espagne. La République est vaincue par les forces nationalistes. Début de la dictature de Franco.
  • 23 mai : Le paquebot allemand San Luis arrive à La Havane en provenance de Hambourg avec à son bord un millier de juifs allemands qui fuient la répression antisémite hitlérienne. Ils sont en possession de visas cubains délivrés par le consulat de Cuba à Berlin. Mais le président Laredo Bru et Batista s'opposent à leur débarquement et organisent des manifestations de protestation antisémites. Le navire doit repartir avec ses passagers, dont aucun autre pays - ni les États-Unis, ni le Canada - ne veut, en Allemagne nazie où la plupart d'entre eux seront déportés dans des camps d'extermination.
  • 23 août : L’Allemagne et l'Union soviétique signent à Moscou un pacte de non-agression, connu comme le pacte Molotov-Ribbentrop.
  • 1er septembre : L'armée du Troisième Reich allemand envahit la Pologne.
  • Début de la Seconde Guerre mondiale. L'Allemagne et l'URSS se partagent la Pologne.
  • septembre 1939 : Fidel Castro entre à l'école Dolores de Santiago de Cuba, appartenant à l'ordre catholique de la Compagnie de Jésus.
  • 30 novembre : L'Union soviétique bombarde Helsinki et envahit la Finlande.

1940
  • 20 août : A Mexico, Léon Trotsky est assassiné par un stalinien espagnol, Ramón Mercader.

1941
  • 22 juin : Début de l'« Opération Barberousse » : l'Allemagne attaque par surprise l'Union soviétique.
  • 1er juillet : Aux États-Unis, naissance de la télévision commerciale. Les chaînes CBS et NBC diffusent quinze heures déprogrammes hebdomadaires.

1942
  • septembre : Fidel Castro intègre le lycée Belén, à La Havane, considéré comme le meilleur de Cuba et appartenant aussi à l'ordre des jésuites.

1943
  • 26 avril : mariage officiel des parents de Fidel Castro.
  • 4 juin : En Argentine, coup d'État du Groupe des officiers unis (GOU) parmi lesquels figure le colonel Juan Perón, qui sera nommé, en novembre, secrétaire au Travail et à la Sécurité sociale et deviendra très populaire parmi les travailleurs.

1944
  • 10 octobre : Ramón Grau San Martin, du Parti révolutionnaire cubain Authentique, est élu de nouveau président de Cuba dans une ambiance de grandes expectatives populaires, bientôt déçues du fait de la corruption de son gouvernement.

1945
  • 4-11 février : En Crimée, Conférence de Yalta, entre Staline (URSS), Churchill (Royaume-Uni) et Roosevelt (États-Unis). Les trois « grands » se partagent le monde en zones d'influence.
  • 8 mai : En Europe, fin de la Seconde Guerre mondiale. L'Allemagne nazie est défaite.
  • juin : Fidel Castro termine ses études secondaires au lycée Belén ; il obtient un baccalauréat littéraire.
  • 26 juin : Les représentants de cinquante pays, parmi lesquels Cuba, signent à San Francisco la Charte constitutive de l'Organisation des Nations unie (ONU).
  • 6 août : Les États-Unis lancent la première bombe atomique sur la ville japonaise de Hiroshima, faisant environ cent mille morts. Quelques jours plus tard, une autre bombe est lancée sur la ville de Nagasaki. Début de l'ère nucléaire.
  • 2 septembre : Capitulation du Japon. La Seconde Guerre mondiale s'achève aussi en Asie et dans le Pacifique.
  • 4 septembre : Fidel Castro entre à l'université de La Havane. Il s'inscrit à la faculté de droit et de sciences sociales.

1946
  • 24 février : En Argentine, Juan Perón est élu président.
  • 5 mars : Discours antisoviétique de Winston Churchill, Premier ministre britannique, à Fulton, aux États-Unis. Il y évoque le « rideau de fer » qui divise l'Europe. Début de la « guerre froide ».
  • 3 juillet : Les Philippines, conquises par les États-Unis sur l'Espagne en 1898, comme Cuba, deviennent un État indépendant.

1947
  • 14 mars : Le président américain Harry Truman définit la doctrine de « contention » (containment) du communisme.
  • juillet à septembre : Fidel Castro participe à l'expédition avortée de Cayo Confites, organisée pour tenter de renverser la dictature du général Rafaël Leonidas Trujillo en République dominicaine.

1948
  • 12 mars : En Tchécoslovaquie, « coup de Prague » : les communistes, avec à leur tête Klement Gottwald, prennent le pouvoir.
  • 17 mars : En Europe, signature du traité de Bruxelles qui préfigure la création de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), alliance politico-militaire dominée par les États-Unis et destinée à combattre la « menace communiste ».
  • 31 mars : Dans le cadre d'une tournée dans plusieurs pays latino-américains, et pour participer à la préparation d'un congrès d'étudiants, Fidel Castro arrive à Bogota, capitale de la Colombie.
  • 9 avril : Le dirigeant libéral colombien, Jorge Eliécer Gaitán, est assassiné à Bogota, ce qui provoque une insurrection populaire connue comme le Bogotazo. Fidel Castro participe aux luttes dans les rues et les barricades.
  • 30 avril : À Bogota, la 9e Conférence inter-américaine, à laquelle participe Cuba, adopte la charte qui crée l'Organisation des États américains (OEA).
  • 10 octobre : Carlos Prio Socarrás, du Parti révolutionnaire cubain Authentique, devient président de Cuba. Il sera renversé le 10 mars 1952 par le général Fulgencio Batista.
  • 12 octobre : Fidel Castro épouse Mirta Díaz-Balart, fille d'une famille riche et politiquement influente. Ils divorceront en 1955. Les jeunes mariés partent en voyage de noces à New York où ils résideront au 156 West, 82th Street. Fidel Castro envisage de s'inscrire à l’Université Harvard (Cambridge, Massachusetts).

1949
  • 4 avril : A Washington, signature du Traité de l'Atlantique Nord qui donne naissance à l'OTAN.
  • 1er septembre : Naissance du premier fils de Fidel Castro : Fidel Castro Díaz-Balart, « Fidelito ».
  • 1er octobre : En Asie, Mao Zedong, dont les forces communistes occupent Pékin depuis le 1er janvier, proclame la République populaire de Chine.

1950
  • 14 février : À Moscou, Mao Zedong et Staline signent le traité d'amitié sino-soviétique.
  • juin : Fidel Castro achève ses études universitaires. Il obtient un doctorat en droit et le titre d'avocat.
  • 25 juin : Début de la guerre de Corée.

1951
  • Avril : A Téhéran, le Premier ministre iranien, Mossadegh, nationalise le pétrole.
  • juin : En Bolivie, l'élection présidentielle remportée par Victor Paz Estenssoro, candidat du Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR), est annulée par les militaires. Les militants du MNR s'organisent pour défendre par les armes le résultat de l'élection.
  • 16 août : Le sénateur Eduardo Chibás décède quelques jours après s'être tiré une balle dans le ventre. Il avait fondé, en 1947, le Parti du peuple cubain Orthodoxe, dont Fidel Castro était membre.

1952
  • 10 mars : Second coup d'État du général Fulgencio Batista, trois mois avant les élections générales qui prévoyaient la victoire du Parti orthodoxe. Il renverse le président Carlos Príos Socarrás, et instaure une dictature.
  • 9 avril : En Bolivie, insurrection populaire. Après trois jours de combats à La Paz et plusieurs centaines de morts, les militants du Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR), les milices paysannes et les mineurs prennent le pouvoir. Le suffrage universel est instauré. Les mines d'étain seront nationalisées en octobre. Et en août 1953 seront décrétées la réforme agraire et la réforme du système éducatif qui rend l'enseignement primaire gratuit et obligatoire. Le Mouvement national révolutionnaire gouverne le pays jusqu'en 1964.

1953
  • 20 janvier : A Washington, le général Dwight D. Eisenhower devient président des États-Unis.
  • 5 mars : À Moscou, mort de Joseph Staline.
  • 17 juin : En Allemagne de l'Est, révoltes ouvrières contre le régime communiste à Berlin-Est.
  • 26 juillet : Fidel Castro, à la tête d'un groupe de cent soixante-cinq hommes, attaque la caserne Moncada, à Santiago de Cuba. L'action, prévue comme le détonateur d'une insurrection populaire contre la dictature de Batista, échoue.
  • 27 juillet : En Corée, fin de la guerre. La péninsule coréenne est divisée à la hauteur du 38e parallèle entre un Nord communiste, allié de l'URSS et de la Chine, et un Sud sous influence américaine.
  • 1er août : Fidel Castro, qui a gagné les montagnes après l'échec de l'assaut de la caserne Moncada, est arrêté par une patrouille militaire.
  • 3 septembre : A Moscou, Nikita Khrouchtchev est élu Premier secrétaire du Parti communiste de l'URSS.
  • 16 octobre : Procès de Fidel Castro. Assurant sa propre défense, il prononce la plaidoirie qui deviendra célèbre sous le titre L'histoire m'absoudra, dans laquelle il dénonce les crimes perpétrés contre les attaquants de la Moncada et l'illégalité du régime de Batista. Il y expose son programme politique. Il est condamné à quinze ans de prison.

1954
  • 4 mai : Au Paraguay, coup d'État militaire. Le général Alfredo Stroessner prend le pouvoir le 8 juillet et va gouverner le pays d'une main de fer durant trente-cinq ans avec l'appui des États-Unis.
  • 7 mai : En Indochine, l'armée coloniale française subit une sévère défaite à Diên Biên Phu, face aux forces vietnamiennes commandées par le général Vo Nguyen Giap. Cet événement historique marque l'éveil des peuples colonisés.
  • 17 juin : Au Guatemala, un groupe de mercenaires, organisé et équipé par l'Agence centrale d'intelligence (CIA) des Etats-Unis, renverse le gouvernement constitutionnel du président Jacobo Arbenz, qui avait décrété une importante réforme agraire. Sur place, Ernesto Che Guevara est témoin de cet événement. Le colonel Carlos Castillo Armas, pro-Américains, instaure une dictature militaire le 15 août. Che Guevara se réfugie au Mexique.
  • 28 juillet : Au Venezuela, dans la ville de Sabanetas, naissance d'Hugo Chávez.
  • 24 août : Au Brésil, le président Getulio Vargas, qui avait l'intention de nationaliser le pétrole et d'instaurer le contrôle des changes, se suicide dans son palais présidentiel de Rio de Janeiro pour dénoncer une tentative putchiste de le renverser.
  • 1er novembre : En Algérie, début de la guerre d'indépendance.
  • 27 novembre : En Amérique centrale, des groupes armés venant du Nicaragua envahissent le Costa Rica. Un groupe d'étudiants cubains, conduits par José Antonio Echeverria, président de la Fédération des étudiants universitaires (FEU), accourt en défense du gouvernement progressiste du président José Figueres.
  • 18 avril -24 avril : En Indonésie, Conférence afro-asiatique de Bandung. Y participent : Nehru (Inde), Zhou Enlai (Chine), Nasser (Égypte) et Sukarno (Indonésie). C'est la naissance du tiers monde et des non-alignés.

1955
  • 14 mai : En Pologne, signature du Pacte de Varsovie, alliance dominée par l'URSS, et destinée à servir de contrepoids à l'OTAN.
  • 15 mai : Fidel Castro et ses compagnons, détenus dans la prison Modelo de l'île des Pins, sont libérés à l'occasion d'une amnistie décrétée par Batista sous la pression de la rue.
  • 12 juin : Fondation officielle, dans la clandestinité, du Mouvement 26-Juillet. Fidel Castro préside la direction nationale.
  • 7 juillet : Devant l'impossibilité de poursuivre une opposition légale contre Batista, Fidel Castro part en exil au Mexique. Il compte organiser, à partir de Mexico, une insurrection populaire armée à Cuba.
  • juillet : A Mexico, Fidel Castro et Ernesto Che Guevara se rencontrent pour la première fois.
  • 16 septembre : En Argentine, un soulèvement militaire renverse le président Juan Perón.
  • novembre : Fidel Castro et Juan Manuel Márquez entreprennent une série de meetings aux États-Unis pour recueillir des fonds. A New York, ils rencontrent les émigrés cubains dans les salons du Palm Garden, 8th Avenue et 52th Street. À l'issue de la réunion, Fidel Castro est interrogé par la police new-yorkaise. Ils se rendent également à Tampa, Key West et Miami.

1956
  • 14 février : À Moscou, ouverture du XX° Congrès du Parti communiste d'Union soviétique. Nikita Khrouchtchev présente à huis clos un rapport dans lequel il révèle les «purges » ordonnées par Staline et dénonce la politique de répression de ce dernier. La Chine ne s'associe pas à la dénonciation.
  • 28 juin : En Pologne, révolte ouvrière contre le régime communiste à Poznań.
  • 19 septembre : En Afrique, Amilcar Cabrai fonde le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC).
  • 28 octobre : Angel Castro Argiz, père de Fidel Castro, meurt à Birán.
  • 23 octobre-13 novembre : En Hongrie, soulèvement à Budapest contre le régime communiste écrasé par l'armée soviétique. Bilan : quelque 20 000 morts, et départ en exil de plus de 200 000 Hongrois.
  • 25 novembre : Fidel Castro, son frère Raúl, Che Guevara et 79 autres expéditionnaires embarquent dans le port mexicain de Tuxpan à bord du Granma, décidés à entreprendre la lutte armée dans les montagnes de la Sierra Maestra.
  • 30 novembre : Soulèvement à Santiago de Cuba des milices du Mouve¬ment 26-Juillet, sous la direction de Frank País. L'initiative échoue mais marque le début de l'insurrection populaire contre Batista.
  • décembre : En Afrique, Mario de Andrade et Agostinho Neto fondent le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA).
  • 2 décembre : Les 82 expéditionnaires du Granma débarquent sur la côte est de Cuba. Ils foulent le sol cubain à Los Cayuelos, près de la plage Las Coloradas. C'est le début de la guerre révolutionnaire à Cuba. 5 décembre : Les expéditionnaires sont surpris par l'armée de Batista qui leur inflige de lourdes pertes à Alegria de Pío.
  • 18 décembre : Fidel Castro, Raúl Castro et six autres expéditionnaires survivants se retrouvent à Cinco Palmas. Deux jours plus tard, ils sont rejoints pas Juan Almeida, Ernesto Che Guevara, Ramiro Valdés et quatre autres expéditionnaires.

1957
  • 17 janvier : La guérilla de Fidel Castro, à laquelle se sont joints d'autres expéditionnaires survivants et quelques paysans, remporte sa première victoire et occupe la caserne de La Plata Abajo. Cinq jours plus tard, à Llanos del Infïerno, le petit groupe de guérilleros remporte une nouvelle victoire contre une troupe d'élite commandée par le lieutenant Angel Sánchez Mosquera.
  • 17 février : Herbert Matthews, éditorialiste au New York Times, se rend dans la Sierra Maestra pour interviewer Fidel Castro. Le même jour, dans la sierra, se tient la première réunion, depuis le début de la guerre, de la direction nationale du Mouvement 26-Juillet. C'est aussi ce jour-là qu'est arrêté et exécuté « pour trahison » Eutimio Guerra.
  • 28 mai : La guérilla attaque une garnison ennemie à El Uvero, au cours d'un combat où, selon Che Guevara, l'armée rebelle atteint son « âge adulte ». Quelques semaines plus tard, Fidel Castro nommera Che Guevara commandant. Le Che assumera alors le commandement de sa propre colonne, la première créée à partir de la troupe rebelle initiale.
  • 20 août : Bataille de Palma Mocha, livrée par la 1ère colonne José Marti, commandée par Fidel Castro.
  • 17 septembre : Première bataille de Pino del Agua.
  • octobre : L'armée rebelle parvient à juguler diverses manifestations de banditisme apparues dans ses rangs dans la zone de Caracas, Sierra Maestra.
  • novembre et décembre : Les 1ère et 4ème colonnes rebelles, commandées respectivement par Fidel Castro et Che Guevara, repoussent l'offensive dite « hivernale » de l'armée de Batista. Les combats se déroulent à Mota, Gabiro, El Salto, Mar Verde, et d'autres points de la sierra.

1958
  • 23 janvier : Le champion du monde de Formule 1, Juan Manuel Fangio, argentin, est enlevé à La Havane par des membres du 26-Juillet. Il sera libéré sain et sauf au bout de vingt-huit heures. La nouvelle fait le tour du monde. L'objectif était précisément de dénoncer aux yeux de l'opinion publique internationale la situation à Cuba. C'est le premier enlèvement politique à but médiatique de l'histoire.
  • 16 et 17 février : Victoire rebelle lors de la seconde bataille de Pino del Agua.
  • 1er mars : De nouvelles colonnes de la guérilla, sous le commandement de Raúl Castro et Juan Almeida, quittent la Sierra Maestra. Elles ouvriront les deuxième et troisième fronts dans d'autres zones montagneuses de la province d'Oriente.
  • 9 avril : Les forces armées de Batista lancent une vaste offensive contre l'armée rebelle. L'offensive échoue après 74 jours de combats. Au cours de la contre-offensive ont lieu les batailles les plus importantes livrées dans la Sierra Maestra, dont celles de Jigüe, Santo Domingo, et Las Mercedes, remportées par Fidel Castro. L'échec de cette offensive marque un tournant stratégique de la guerre.
  • fin août : Deux colonnes de guérilleros, sous le commandement d'Ernesto Guevara et de Camilo Cienfuegos, s'enfoncent dans les provinces du centre et de l'est de Cuba. En octobre, ces deux colonnes ouvriront des fronts dans la province centrale de Las Villas.
  • 15 novembre : Fidel Castro quitte la Sierra Maestra et prend la tête de l'offensive finale en direction de Santiago de Cuba.
  • 30 novembre : Fin de l'importante bataille de Guisa, qui ouvre aux rebelles la route de Santiago de Cuba.

1959
  • 1er janvier : Devant la défaite militaire, le dictateur Fulgencio Batista quitte Cuba. Les rebelles prennent le pouvoir. Fidel Castro entre à Santiago de Cuba.
  • 8 janvier : Fidel Castro entre triomphalement à La Havane. Un gouvernement révolutionnaire, présidé provisoirement par le magistrat Manuel Urrutia, avec José Miré Cardona comme Premier ministre, est officiellement mis en place. Fidel Castro devient commandant en chef des Forces armées révolutionnaires.
  • 8 janvier : À Paris, le général Charles de Gaulle prend ses fonctions de premier président de la Ve République.
  • 16 février : Fidel Castro devient Premier ministre du gouvernement révolutionnaire.
  • 15 avril-27 avril : Tournée de Fidel Castro aux États-Unis, à l'invitation de la Société américaine des directeurs de journaux. À New York, 35 000 personnes l'acclament à Central Park au cours d'un meeting. Le 19 avril, il s'entretient pendant trois heures à Washington avec le vice-président, Richard Nixon.
  • 17 mai : Proclamation de la loi de réforme agraire.
  • 21 octobre : Deux avions en provenance des États-Unis mitraillent les rues de La Havane, tuant deux personnes et en blessant cinquante.
  • 28 octobre : L'avion dans lequel voyageait Camilo Cienfuegos disparaît en mer pendant son retour à La Havane. Il revenait de Camaguey, après avoir désamorcé une intrigue menée par Hubert Matos, opposé au cours que prenait, selon lui, la révolution.
  • fin octobre : Le président américain, Dwight Eisenhower, approuve un programme d'actions secrètes contre Cuba proposé par le Département d'État et la CIA. Ce programme envisage des attaques aériennes et navales, ainsi que le financement et le soutien direct aux organisations contre-révolutionnaires de l'intérieur de Cuba.
  • 26 novembre : Che Guevara est nommé président de la Banque nationale de Cuba.
  • 11 décembre : Le président Eisenhower approuve un nouveau plan d'action contre Cuba, proposé par la CIA, dont l'objectif est le « renversement de Castro dans un délai d'un an et sa substitution par une junte amie des États-Unis ». Ce plan comprend, entre autres, de la « propagande diffusée par une radio clandestine », le brouillage de la radio et de la télévision cubaines, le soutien à des « groupes d'opposition favorables aux Américains » visant à leur permettre d'« établir par la force une zone contrôlée a l'intérieur de Cuba », et une élimination physique de Fidel Castro.

1960
  • février : Le vice-premier ministre soviétique, Anastas Mikoyan, arrive en visite à Cuba. L'URSS accorde à Cuba un crédit de 100 millions de dollars, et signe des accords commerciaux pour l'achat de sucre et la vente de pétrole.
  • février-mars : Les philosophes français Jean-Paul Sartre et Simone de Beau¬voir sont à Cuba ; ils logent au célèbre hôtel Nacional de La Havane et y rencontrent Che Guevara ainsi que Fidel Castro, qui pendant trois jours leur fait visiter l'île.
  • mars : Le président Eisenhower et son secrétaire d'État Foster Dulles lan¬cent contre Cuba un troisième plan d'action baptisé « Opération Pluton ». Il comprend la création d'une force paramilitaire, constituée d'exilés cubains, destinée à renverser par les armes Fidel Castro et à le remplacer par un dirigeant « modéré ».
  • 4 mars : Un attentat provoque l'explosion du navire français La Coubre, rempli de munitions, dans le port de La Havane. On dénombre cent un morts (parmi lesquels six marins français), et plus de deux cents blessés.
  • 5 mars : Lors de la manifestation populaire à La Havane contre l'attentat de la veille, le photographe cubain Alberto Korda prend le célèbre cliché de Che Guevara et immortalise la figure de l'« héroïque guérillero ». La photo ne sera publiée pour la première fois, dans le quotidien Revolución, que le 16 avril 1961, veille du débarquement de la baie des Cochons.
  • 6 mai : Après avoir purgé une peine de vingt ans de prison, Ramon Mercader, l'assassin de Léon Trotsky, est remis en liberté et s'installe à Cuba.
  • 8 mai : Cuba renoue avec l'URSS des relations diplomatiques rompues par Batista en 1952.
  • 29 juin : Les cadres de la Texas Oil Company, de la Shell et d'Esso Stan¬dard Oil refusent de raffiner le pétrole soviétique. Cuba prend le contrôle de toutes les raffineries. 6 juillet : Le président Dwight Eisenhower signe une loi qui met fin à l'achat par les Etats-Unis de sucre cubain. C'est la première initiative importante dans la guerre économique contre Cuba.
  • juillet : A Moscou, l'URSS décide de retirer ses conseillers de Chine et suspend son aide à ce pays. C'est le début du conflit sino-soviétique.
  • 6 août : Fidel Castro annonce la nationalisation de raffineries de pétrole, des centrales sucrières, et des compagnies d'électricité et de téléphone américaines.
  • septembre : A Bagdad, fondation de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) par cinq États, parmi lesquels le Venezuela.
  • 2 septembre : Première Déclaration de La Havane, soutenue par une manifestation populaire place de la Révolution : « L'assemblée générale nationale du peuple cubain condamne l'exploitation de l'homme par l'homme et l'exploitation des pays sous-développés par le capital financier impérialiste ».
  • 9 septembre : Discours de Fidel Castro devant l'Assemblée générale des Nations unies, à New York : « Que disparaisse la philosophie de la rapine, et avec elle disparaîtra la philosophie de la guerre. » D'après le livre Guinness des records, c'est la plus longue allocution jamais prononcée par un dirigeant à l'ONU : quatre heures et vingt-neuf minutes. À New York, Fidel Castro s'installe à l'hôtel Teresa, à Harlem. Il s'entretient avec le président égyptien Gamal Abdel Nasser, avec le Premier ministre indien Jawaharlal Nehru, avec le dirigeant afro-américain Malcolm X, et, le 19 septembre, avec le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev. C'est la première fois que Fidel Castro et Nikita Khrouchtchev se rencontrent.
  • 28 septembre : Création des Comités de défense de la révolution (CRD).
  • 13 octobre : Les principales banques de Cuba et quelque 105 entreprises sucrières sont nationalisées.
  • 14 octobre : Le gouvernement révolutionnaire approuve la loi de réforme urbaine.
  • 30 octobre : Washington interdit toutes les exportations vers Cuba, à l'exception des denrées alimentaires et des médicaments.
  • novembre : Début de l'« Opération Peter Pan », soit le transfert de quelque quatorze mille enfants cubains aux États-Unis par des opposants à la révolution. Elle est la conséquence d'une campagne de propagande accusant le gouvernement cubain de vouloir abolir l'autorité parentale.
  • 16 décembre : Le président Eisenhower réduit à zéro les importations de sucre cubain.

1961
  • 3 janvier : Les Etats-Unis rompent leurs relations diplomatiques avec Cuba et ferment leur ambassade à La Havane.
  • 11 janvier : Début de la campagne d'alphabétisation.
  • 20 janvier : A Washington, entrée en fonction du nouveau président John F. Kennedy.
  • 21 février : Che Guevara est nommé à la tête du département industriel de l'Institut national de la réforme agraire (INRA), embryon d'un véritable ministère de l'Industrie.
  • 13 mars : Dans le cadre du plan de sabotage et d'attentats encouragés par les États-Unis, la raffinerie de pétrole Hermanos Díaz de Santiago de Cuba est bombardée par un bateau pirate : un mort et plusieurs blessés.
  • 13 mars : À Washington, le président Kennedy propose aux pays d'Amérique latine le programme « Alliance pour le progrès » comme solution de remplacement à la révolution cubaine.
  • 13 avril : Sabotage et incendie, par des agents de la CIA, du grand magasin de La Havane El Encanto. L'attentat se solde par un mort, plusieurs blessés et la destruction totale de l'établissement.
  • 15 avril : Bombardement des aéroports de San Antonio de los Banos, de Columbia (La Havane), et de Santiago de Cuba par des avions maquillés sous de faux signes distinctifs cubains, en provenance de bases de la CIA en Amérique centrale, et pilotés par des mercenaires cubains et américains. Ces bombardements font huit morts.
  • 16 avril : A l’occasion des obsèques des victimes de la veille, Fidel Castro prévient : c'est le prélude à une invasion. Dans la foulée, il proclame le caractère socialiste de la révolution cubaine : « La nôtre est la révolution socialiste et démocratique des plus humbles, par les plus humbles, pour les plus humbles. »
  • 17 avril : 1500 contre-révolutionnaires cubains débarquent à Playa Girón et à Playa Larga, dans la baie des Cochons. Organisés, équipés et entraînés par la CIA, ils seront défaits en moins de soixante-douze heures. Plus de 1 200 d'entre eux seront faits prisonniers et échangés plus tard contre 53 millions de dollars en médicaments et produits alimentaires. Des unités navales américaines demeurent pendant trois jours dans les eaux voisines de la baie des Cochons, prêtes à intervenir.
  • 28 mai ; Attentat terroriste au cinéma Riego, à Pinar del Río, au cours d'une séance pour enfants. Bilan : des dizaines de blessés.
  • 30 mai : En République dominicaine, le dictateur Rafaël Leónidas Trujillo est assassiné.
  • 30 juin : Fidel Castro prononce ses « Paroles aux intellectuels » qui fixent la ligne en matière de création culturelle : « Avec la révolution, tout ; contre la révolution, rien. »
  • juillet : Création des ORI (Organisations révolutionnaires intégrées), au sein desquelles fusionnent le Mouvement 26-Juillet, le Parti socialiste populaire (communiste) de Blas Roca, et le Directoire révolutionnaire des étudiants « 13 mars », de Faure Chomón. Anibal Escalante, ancien dirigeant du PSP, est nommé secrétaire général.
  • 17 juillet : Au Congo, assassinat de Patrice Lumumba.
  • 12 août-20 novembre : En Allemagne de l'Est : construction du mur de Berlin.
  • 22 décembre : La campagne d'alphabétisation atteint son but avec la déclaration définissant Cuba comme un « territoire libre d'analphabétisme ».

1962
  • 22 janvier : A la demande des États-Unis, Cuba est exclue de l'Organisation des États américains (OEA).
  • 3 février : Le président Kennedy ordonne l'embargo économique, commercial, et financier de Cuba.
  • 4 février : Deuxième déclaration de La Havane, devant plus d'un million de Cubains rassemblés sur la place de la Révolution : « Le devoir de tout révolutionnaire est de faire la révolution. »
  • 7 février : Washington interdit toutes les importations en provenance de Cuba.
  • 12 mars : La loi 1015 du gouvernement cubain établit une « distribution équitable » du panier de la ménagère, en fonction des produits alimentaires disponibles. C'est l'instauration du carnet de rationnement.
  • 13 mars : Fidel Castro dénonce publiquement le « sectarisme » au sein des ORI. Anibal Escalante est destitué.
  • 14 mars : Après l'échec du débarquement de la baie des Cochons, l'administration Kennedy approuve un vaste plan secret d'opérations « destiné à renverser le régime communiste de Cuba ». Ce programme de « guerre sale » reçoit le nom de code « Opération Mongoose » (Plan Mangouste) ; il est aussi appelé « The Cuban Project » (Projet cubain). L'opération, dirigée par le général Edward Landsdale, spécialiste de la contre-insurrection, comporte plus de trente plans, dont plusieurs sont mis en pratique. Propagande, attaques contre le gouvernement et contre l'économie cubaine, utilisation de commandos de « Bérets verts » américains déployés à l'intérieur de l'île, destruction des récoltes sucrières, destruction d'usines, minage des ports, tentatives d'assassinat des principaux dirigeants politiques, armement de groupes d'opposants, et construction de bases de guérilla à travers le pays pour préparer une invasion de l'île en octobre.
  • 26 mars : Les ORI deviennent le Parti uni de la révolution socialiste cubaine (PURSC).
  • 5 juillet : En Algérie, fin de la guerre et proclamation de l'indépendance.
  • 22 octobre : Début de la crise des missiles. Le président Kennedy ordonne le blocus naval de Cuba pour forcer les Soviétiques à retirer leurs missiles nucléaires, installés secrètement avec le consentement de Cuba dans le but d'empêcher une invasion directe de l'île par les États-Unis. Sans consulter les autorités cubaines, qui désapprouvaient les négociations soviéto-américaines, Moscou accepte de retirer les fusées. Le président Kennedy s'engage à ne pas envahir l'île.
  • 23 décembre : Arrivée au port de La Havane du cargo américain African Pilot avec une partie des marchandises demandées par Cuba en réparation des dommages causés par l'invasion de la baie des Cochons. Les envahisseurs arrêtés et jugés par des tribunaux cubains sont remis en liberté et rendus aux États-Unis.

1963
  • 27 avril-3 juin : Première visite de Fidel Castro en Union soviétique.
  • 6 août : Mort de la mère de Fidel Castro, Lina Ruz Gonzalez.
  • 4 octobre : Le cyclone Flora dévaste l'est de Cuba, entraînant de dramatiques dommages humains et matériels. Fidel Castro déclare : « Une révolution est une force plus puissante que la nature. »
  • octobre : À la demande du président algérien Ahmed Ben Bella, Cuba envoie en Algérie un bataillon de vingt-deux chars et plusieurs centaines de soldats, sous les ordres du commandant Efigenio Ameijeiras, pour aider les forces algériennes à repousser une attaque marocaine dans la région de Tinduf. C'est la première collaboration de Cuba en Afrique.
  • 22 novembre : Assassinat du président John F. Kennedy à Dallas (Texas), au moment où il envisageait un rapprochement avec Cuba.

1964
  • 1er avril : Au Brésil, un coup d'État militaire renverse le président Joao Goulart qui venait de décréter une réforme agraire, le contrôle des changes et d'autres mesures de caractère souverainiste.
  • 3 avril : Cuba se retire du Fonds monétaire international (FMI).
  • 14 octobre : À Moscou, Nikita Khrouchtchev est destitué. Léonid Brejnev est élu Premier secrétaire du Parti communiste de l'URSS.
  • 3 novembre 1964 : En Bolivie, coup d'État des généraux Barrientos et Ovando. La Bolivie entre dans une période de dictatures militaires qui va durer dix-huit années.

1965
  • 22-27 février : À Alger, Conférence afro-asiatique. Discours de Che Guevara.
  • avril : Dans une lettre à Fidel Castro qui sera rendue publique en octobre, Ernesto Che Guevara fait officiellement ses adieux à Cuba. Il part clandestinement en Afrique soutenir les guérillas du Congo : « D'autres terres en ce monde réclament le concours de mes modestes efforts. »
  • 28 avril : En République dominicaine, des troupes des États-Unis débarquent à Saint-Domingue pour combattre les forces constitutionnalistes dirigées par le colonel Francisco Caamaño, qui réclamaient le retour du président Juan Bosch. Le président américain, Lyndon Johnson, déclare : « Nous n'allons pas tolérer une deuxième Cuba dans les Caraïbes. »
  • 1er octobre : En Indonésie, un coup d'État manqué fomenté par des officiers de gauche entraîne l'interdiction du Parti communiste et le massacre de 500 000 à 1 million de militants de gauche. Le général Suharto devient l'homme fort du pays.
  • 3 octobre : Création du Parti communiste de Cuba (PCC). Fidel Castro est élu Premier secrétaire de son Comité central. Pendant la cérémonie constitutive, il explique l'absence d'Ernesto Che Guevara et rend publique sa lettre d'adieu. Fidel Castro annonce également que les quotidiens Revolucion et Hoy, organes respectifs du Mouvement 26-Juillet et du PSP, disparaissent pour former un nouveau journal, Granma, organe officiel du Parti communiste de Cuba.
  • Octobre : Première crise migratoire. Le port de Camarioca est aménagé pour faciliter le départ vers les États-Unis des personnes qui souhaitent quitter le pays.
  • 29 octobre : A Paris, enlèvement et assassinat du dirigeant socialiste marocain Mehdi Ben Barka, opposant au roi Hassan II chargé de préparer la 1ère Conférence tricontinentale de La Havane.

1966
  • Janvier : Conférence tricontinentale de La Havane réunissant les mouvements de libération d'une soixantaine de pays d'Asie, d'Afrique, et d'Amérique latine.
  • 15 février : En Colombie, le prêtre-guérillero Camilo Torres est abattu par l'armée à San Vicente.
  • 16 mai : En Chine, début de la « révolution culturelle ». Le pays s'enfonce dans le chaos. Mao Zedong utilise les « gardes rouges » contre les réformistes du Parti.
  • 2 novembre : Le Congrès des États-Unis vote la loi d'ajustement cubaine, toujours en vigueur, qui accorde des avantages aux Cubains entrés illégalement aux Etats-Unis et encourage l'émigration cubaine.

1967
  • 25 avril : En Bolivie, Régis Debray est arrêté par l'armée.
  • 9 octobre : En Bolivie, le lendemain de sa capture par l'armée bolivienne alors qu'il dirigeait la guérilla, Che Guevara est assassiné à La Higuera.
  • 18 octobre : Fidel Castro annonce au peuple cubain la mort de Che Guevara.
  • 17 novembre : À Camiri, en Bolivie, Régis Debray est condamné à 30 ans de prison.
  • 9 décembre : En Roumanie, Nicolae Ceaucescu est élu président du Conseil d'État.

1968
  • janvier : Procès à La Havane des trente-cinq membres de la « microfraction prosoviétique » dirigée par Aníbal Escalante.
  • mars : Hormis les petites propriétés agricoles, le gouvernement cubain exproprie tous les commerces privés de l'île.
  • 20 avril : Au Canada, Pierre Elliott Trudeau prend ses fonctions de Premier ministre. Il noue des relations personnelles avec Fidel Castro.
  • mai : Mouvement étudiant mondial de contestation de la société de consommation occidentale. En Californie, en Allemagne, en France, et en Italie, des dizaines de milliers de jeunes, arborant souvent des portraits de Che Guevara, réclament des changements de politique et de mode de vie.
  • 21 août : En Tchécoslovaquie, à l'initiative de l'URSS, intervention des troupes du Pacte de Varsovie qui écrasent le «printemps de Prague ». La Chine proteste contre l'invasion de la Tchécoslovaquie. En revanche, dans un discours du 23 août, et à quelques réserves près, Fidel Castro approuve l'intervention.

1969
  • 19 janvier : A Prague, l'étudiant Jan Palach s'immole par le feu pour protester contre l'invasion de la Tchécoslovaquie.
  • 20 janvier : A Washington, entrée en fonction du président Richard Nixon.
  • 1er février : Au Proche-Orient, Yasser Arafat est élu président de l'Organisation pour la libération de la Palestine (OLP).
  • 20 juillet : Premiers pas sur la Lune des astronautes américains Neil Armstrong et Edwin Aldrin.
  • 1er septembre : En Libye, le colonel Mouammar Kadhafi renverse le roi Idriss et prend le pouvoir.
  • 14 octobre : En Suède, Olof Palme, social-démocrate, est élu Premier ministre. Il noue des relations avec Cuba et avec Fidel Castro.
  • 21 octobre : En Allemagne fédérale, Willy Brandt, social-démocrate, est élu chancelier. Il noue des relations avec Cuba et avec Fidel Castro.

1970
  • 18 mai : L'objectif d'obtenir une récolte de dix millions de tonnes de sucre n'est pas atteint. L'échec est rendu public.
  • 26 juillet : Dans un discours, Fidel Castro reconnaît sa responsabilité dans l'échec de la « récolte des dix millions ».
  • 4 septembre : Au Chili, Salvador Attende est élu président.
  • 8 octobre : Le prix Nobel de littérature est attribué à Alexandre Soljénitsyne, dissident soviétique, auteur, entre autres, de Une Journée d'Ivan Denissovitch (1962) et du Pavillon des cancéreux (1968).
  • 23 décembre : En Bolivie, après trois ans d'incarcération, Régis Debray est libéré.

1971
  • 20 mars : Le poète Heberto Padilla, auteur d'un recueil de poèmes - Fuera de juego (Hors jeu, 1967) - très controversé, est arrêté, accusé de « menées subversives contre la sécurité de l'Etat ». Grande émotion internationale, des dizaines d'intellectuels se mobilisent pour réclamer sa libération. Contraint de faire une autocritique publique, il sera ensuite remis en liberté.
  • 19 juillet : Au Soudan, une tentative de coup d'État communiste échoue. Quatorze dirigeants communistes sont pendus en public à Khartoum.
  • 25 octobre : Après une visite du secrétaire d'Etat américain, Henry Kissinger, à Pékin, Taiwan est exclue de l'ONU; elle est remplacée par la République populaire de Chine, qui fait partie des cinq membres permanents du Conseil de sécurité.
  • 10 novembre-4 décembre : Visite de Fidel Castro au Chili pendant le gouvernement de l'Unité populaire présidé par Salvador Allende. Il y rencontre pour la première fois François Mitterrand.

1972
  • 15 février : Cuba ratifie la Convention internationale sur l'élimination de la discrimination raciale.
  • 21 février : Voyage du président américain, Richard Nixon, à Pékin, il s'entretient avec Mao Zedong.
  • 22 mai : Le président Nixon se rend à Moscou, où il est reçu par Léonid Brejnev. Signature d'un accord de limitation des arsenaux nucléaires.
  • juillet : Cuba adhère au COMECON, le marché commun des pays socialistes.

1973
  • janvier : Accords de Paris entre le Vietnam du Nord et le Vietnam du Sud, Les Etats-Unis, qui, depuis juin 1969, ont commencé à retirer leurs troupes, s'engagent à ne plus intervenir militairement.
  • 20 juin : En Argentine, retour triomphal de Juan Perón. Il sera élu pour la troisième fois président, le 23 septembre.
  • 6 août : Mort, en Espagne, de l'ancien dictateur cubain Fulgencio Batista.
  • 5 au 10 septembre : Fidel Castro participe au 4e Sommet des non-alignés, à Alger.
  • 11 septembre : Au Chili, coup d'État militaire et mort de Salvador Allende. Instauration de la dictature d'Augusto Pinochet, soutenue par les Etats-Unis.
  • décembre : L'écrivain soviétique dissident Alexandre Soljénitsyne publie en russe, aux éditions YMCA-Presse de Paris (fondées en 1921 par des exilés russes) L'Archipel du Goulag, une description du système concentrationnaire soviétique.

1974
  • février : A Moscou, Alexandre Soljénitsyne est arrêté et expulsé d'URSS.
  • 25 avril : Au Portugal, « révolution des œillets ». Chute de la dictature.
  • 1er juillet : À Buenos Aires, mort de Juan Perón.
  • 8 août : A Washington, à la suite du scandale du Watergate, le président Richard Nixon démissionne. Il est remplacé par le vice-président Gerald Ford.
  • 12 septembre : En Éthiopie, coup d'Etat à Addis-Abeba. Un groupe de militaires marxistes, parmi lesquels Mengistu Hailé Maryam, renverse et assassine le Négus Hailé Sélassié.
  • novembre : Des fonctionnaires cubains et américains amorcent des discussions visant à trouver une solution aux crises migratoires.

1975
  • 17 avril : Au Cambodge, les Khmers rouges prennent Phnom Penh. Début du génocide visant les populations urbaines et les minorités ethniques.
  • 30 avril : Au Vietnam, chute de Saigon. Les Américains se retirent dans le désordre. La guerre du Vietnam s'achève sur une victoire des communistes vietnamiens. Saigon est rebaptisée Hô Chi Minh-Ville.
  • 25 juin : En Angola, proclamation de l'indépendance favorisée par le nouveau gouvernement portugais, né de la « révolution des œillets ».
  • 29 juin : Le Premier ministre suédois Olof Palme visite Cuba.
  • 11 novembre : Début de l'« Opération Carlota ». Cuba met en place un pont aérien et envoie en Angola des milliers de volontaires qui parviennent à arrêter l'avancée des troupes sud-africaines et zaïroises sur Luanda.
  • 20 novembre : En Espagne, mort du général Franco. Le roi Juan Carlos lui succède.

1976
  • 15 février : Adoption par référendum de la première Constitution socialiste de Cuba.
  • 9 août 1976 : Mort à La Havane de l'écrivain José Lezama Lima.
  • 9 septembre : A Pékin, mort de Mao Zedong.
  • 6 octobre : Victime d'un sabotage, un avion civil cubain explose en vol en face des côtes de La Barbade, faisant 73 morts. Les autorités vénézuéliennes et barbadiennes attribuent l'attentat aux terroristes d'origine cubaine Luis Posada Carriles et Orlando Bosch.

1977
  • 20 janvier : A Washington, le nouveau président Jimmy Carter entre en fonctions.
  • 11 février : En Ethiopie, le colonel Mengistu Hailé Mariam prend le pouvoir. L'URSS soutient le nouveau régime. Des milliers d'opposants sont exécutés durant la période de la « terreur rouge ».
  • 1er septembre : Sous la présidence de Jimmy Carter, les États-Unis et Cuba ouvrent des bureaux diplomatiques (« Bureaux d'intérêts ») dans leurs capitales respectives.

1978
  • mars : Grâce à l'intervention de troupes cubaines, l'Ethiopie repousse une invasion somalienne pendant la campagne de l'Ogaden.
  • 26 avril : Le président de l'Ethiopie, Mengistu Hailé Mariam, est reçu par Fidel Castro à La Havane.
  • 28 juillet : Inauguration du 11e Festival mondial de la jeunesse et des étudiants à La Havane.
  • 9 septembre : Adolfo Suárez, président du gouvernement espagnol, arrive à La Havane. C'est le premier homme d'État espagnol à se rendre en visite officielle à Cuba depuis 1959.
  • 13 septembre : Fidel Castro assiste à Addis Abeba, aux côtés du président Mengistu Hailé Mariam, au défilé de la victoire sur la Somalie.
  • 16 octobre : Au Vatican, le cardinal polonais Karol Wojtyla est élu pape de l'Eglise catholique. Il prend le nom de Jean-Paul II.
  • 18 octobre : Mort à La Havane de Ramon Mercader, l'assassin de Trotsky. Il est enterré à Moscou, au cimetière Kountsévo.
  • novembre : Premiers contacts avec les dirigeants modérés de l'exil. Plus de 3000 détenus politiques sont libérés.
  • 24 décembre : L'armée du Vietnam envahit le Cambodge des Khmers rouges. Elle occupe Phnom Penh le 7 janvier 1979.

1979
  • 16 janvier : En Iran, victoire de la révolution islamique. Le shah Reza Pahlavi est renversé. L'ayatollah Khomeiny, chef spirituel iranien, revient à Téhéran le 1er février.
  • 17 février : En Chine, sur ordre de Deng Xiaoping, l'armée lance une puissante attaque à la frontière contre le Vietnam.
  • 19 juillet : Au Nicaragua, victoire de la révolution sandiniste.
  • 3 au 9 septembre : 4e Sommet du Mouvement des pays non alignés à La Havane. Fidel Castro est élu président du mouvement.
  • 27 décembre : Les troupes soviétiques envahissent l'Afghanistan.

1980
  • 11 janvier : Mort à La Havane de Celia Sánchez, une des combattantes de la première heure de la révolution, très proche de Fidel Castro.
  • février : Fidel Castro épouse Dalia Soto del Valle, institutrice de la ville de Trinidad, avec laquelle il entretient une relation depuis 1961 et dont il a eu cinq enfants : Alexis (1963), Alex (1965), Alejandro (1967), Antonio (1968) et Angel (1974). Le mariage n'est pas rendu public.
  • 16 mars : Le poète Heberto Padilla part en exil aux États-Unis.
  • avril : Deuxième crise migratoire. Mise en place du pont maritime entre la Floride et le port de Mariel. Le gouvernement cubain autorise le départ de tous ceux qui le désirent. Entre avril et septembre, environ cent vingt-cinq mille Cubains quittent l'île.
  • 4 mai : Mort à Belgrade du maréchal Tito.
  • 17 mai : Au Pérou, début de la « guerre populaire » conduite par l'organisation maoïste Sentier lumineux qui fera des milliers de morts.
  • 18 juillet : À Managua (Nicaragua), Fidel Castro assiste aux cérémonies du premier anniversaire de la victoire sandiniste. Il s'engage à aider le gouvernement sandiniste dans sa guerre contre la « Contra », soutenue par les États-Unis.
  • 14 août : En Pologne, une grève ouvrière commence dans les chantiers navals de Gdansk. L'agitation s'étend à tout le pays. Des accords entre le gouvernement polonais et le syndicat ouvrier Solidarité, dirigé par Lech Walesa, sont signés.
  • 11 septembre : Des membres de l'organisation terroriste Oméga-7 assassinent le diplomate cubain Félix Garcia à New York.

1981
  • 20 janvier: A Washington, le président Ronald Reagan entre en fonction.
  • Juin : En Chine, le successeur de Mao Zedong, Hua Quofeng, est remplacé à la tête du Parti communiste. Le réformiste Deng Xiaoping devient l'homme fort du pays.
  • 18 octobre : En Pologne, le général Wojciech Jaruzelski est élu premier secrétaire du Parti communiste.
  • 11 octobre : Sommet Nord-Sud à Cancun, au Mexique. Vingt-deux chefs d'État s'engagent à lancer une négociation globale entre pays riches et pays pauvres. Malgré le fait que Cuba préside le Groupe des 77, Washington exerce des pressions pour empêcher sa participation à ce sommet.
  • 13 décembre : En Pologne, le général Jaruzelski proclame l'état de guerre et dissout le syndicat ouvrier Solidarité.

1982
  • 2 avril-13 juin : Guerre des Malouines. Les forces britanniques reconquièrent l'archipel revendiqué par l'Argentine.
  • 18 octobre : Grâce à la médiation du président français François Mitterrand, Armando Valladares, qui feignait une incapacité physique, est libéré à La Havane après avoir passé vingt-deux ans en prison « pour actes terroristes ».
  • 10 novembre : A Moscou, mort de Léonid Brejnev. Iouri Andropov lui succède à la tête de l'Union soviétique.

1983
  • 25 octobre : Intervention militaire des États-Unis à La Grenade, consécutive à l'assassinat du Premier ministre Maurice Bishop. Les travailleurs cubains qui s'y trouvent s'opposent à l'invasion, certains sont abattus. Environ six cents Cubains sont arrêtés et rendus à Cuba.

1984
  • 11 février : A Moscou, mort de Iouri Andropov. Konstantin Tchernenko le remplace à la tête de l'Union soviétique.
  • 16 février : Premier séjour de Fidel Castro en Espagne, à l'occasion d'une brève escale en provenance de Moscou. Il y rencontre Felipe Gonzalez, président du gouvernement, au palais de la Moncloa.
  • décembre : Signature d'un premier accord migratoire entre Cuba et les États-Unis.

1985
  • 10 mars : À Moscou, mort de Konstantin Tchernenko.
  • 11 mars : Mikhaïl Gorbatchev est élu premier secrétaire de Parti communiste de l'URSS. Il commence à remettre en question le fonctionnement politique et économique du pays. Il annonce la glasnost (transparence) et la perestroïka (restructuration).
  • 11 avril : A Tirana, en Albanie, mort du dirigeant communiste Enver Hodja, qui était à la tête du pays depuis 1945.
  • août : Le magazine américain Playboy publie un entretien avec Fidel Castro « sur Reagan et la révolution ».
  • 3 août : Fidel Castro participe à une rencontre internationale, à La Havane, sur la dette extérieure : « Les dettes des oppresseurs doivent-elles être payées par les opprimés ? ».

1986
  • février : Nouvelle visite de Fidel Castro à Moscou. Rencontre cordiale avec Mikhaïl Gorbatchev.
  • 19 avril : Début du processus de « rectification des tendances négatives ». Fidel Castro dénonce les erreurs dans la direction du Parti, l'économisme, la bureaucratie, les égoïsmes et la corruption.
  • 25 avril : En Ukraine, explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Cuba accueille des milliers d'enfants irradiés.
  • novembre : Visite officielle de Felipe Gonzalez, président du gouvernement espagnol, à Cuba.

1987
  • juin : Luis Orlando « Landy » Domínguez, un ancien dirigeant des Jeunesses communistes, membre du groupe d'assistants de Fidel Castro et président de l'Institut d'aéronautique civile, est arrêté au moment où il s'apprêtait à quitter Cuba avec sa famille. Il sera condamné à 20 ans de prison pour « malversations ».

1988
  • 20 janvier : À Washington, le président George H. Bush entre en fonction.
  • 16 juillet : La jugeant « dangereuse », et « contraire aux principes du socialisme », Fidel Castro refuse la perestroïka.

1989
  • 2 février : Fidel Castro assiste à Caracas aux cérémonies d'entrée en fonction du président social-démocrate Carlos Andrés Pérez.
  • 27 février : Au Venezuela, le programme néolibéral de « thérapie de choc » annoncé par le président Carlos Andrés Pérez provoque une insurrection populaire et les plus importantes émeutes de l'histoire du pays. La répression est sanglante, entre 300 et 3000 personnes sont tuées. Officier de la garde présidentielle, Hugo Chávez sera profondément marqué par ces événements.
  • 3 avril : Visite de Mikhaïl Gorbatchev à Cuba.
  • Juin : Mikhaïl Gorbatchev se rend en visite à Pékin et y rencontre Deng Xiaoping. Fin du différend sino-soviétique. Insurrection populaire et massacres de la place Tienanmen.
  • juin : Le ministre des Transports et vice-président du Conseil des ministres, Diodes Torralba, est limogé. Le 24 juillet il sera condamné à 20 ans de prison pour « abus de pouvoir, malversations et falsifications de documents publics ».
  • 14 juin : Procès du général Arnaldo Ochoa, du colonel Antonio de la Guardia, et d'autres hauts dignitaires des forces armées et des corps de sécurité de l'État, accusés de trafic de drogue. Condamnés à mort, Ochoa, La Guardia et deux autres officiers seront fusillés le 13 juillet.
  • 26 juillet : Dans un discours, Fidel Castro affirme que même si l'Union soviétique venait à disparaître, la révolution cubaine irait de l'avant.
  • 5 octobre : Au Chili, le général Pinochet perd le plébiscite qui devait lui permettre de prolonger son mandat de président.
  • 9 novembre : Chute du mur de Berlin. Les gouvernements du camp socialiste d'Europe de l'Est s'effondrent les uns après les autres.
  • 20 décembre : Insurrection populaire en Roumanie. Chute du gouvernement. Quelques jours plus tard, le président Nicolae Ceausescu sera sommairement jugé et fusillé.
  • 20 décembre : Intervention militaire des États-Unis au Panama. Le chef du gouvernement panaméen, le général Manuel Antonio Noriega, est renversé et arrêté.

1990
  • avril : Les sandinistes perdent les élections au Nicaragua. Fin de la révolution sandiniste.
  • 29 août : Les autorités déclarent que s'ouvre une « Période spéciale en temps de paix » et annoncent quatorze mesures de restriction de consommation d'essence et d'électricité.

1991
  • 21 mai : En Ethiopie, le colonel Mengistu Hailé Mariam est renversé et s'enfuit à l'étranger.
  • 25 mai : Les dernières troupes retirées d'Angola à la suite des accords de paix arrivent à Cuba. Sans l'intervention cubaine, le gouvernement de Luanda n'aurait pu résister à l'attaque des troupes sud-africaines. La défaite sud-africaine a favorisé l'indépendance de la Namibie et précipité la chute du régime raciste de l'apartheid.
  • 11 septembre : Mikhaïl Gorbatchev annonce le retrait des 7000 militaires soviétiques détachés à Cuba.
  • décembre : L'effondrement de l'Union soviétique met un terme aux relations économiques et commerciales de ce pays avec Cuba. Pendant les trois années qui suivront, le PIB cubain chutera de 35 %.

1992
  • 1er janvier : Durcissement de la « période spéciale ». De nombreux commentateurs prédisent l'effondrement prochain de la révolution cubaine.
  • 14 janvier : À Mexico, signature des accords de paix, dits « de Chapultepec » entre le gouvernement salvadorien et le Front Farabundo Marti de libération nationale, qui mettent fin à douze ans de guerre civile au Salvador.
  • 20 janvier : À Washington, le président Bill Clinton entre en fonction.
  • 4 février : Au Venezuela, à la tête d'un groupe d'officiers, Hugo Chávez tente un coup d'Etat contre le président Carlos Andrés Pérez. Il échoue et est incarcéré pendant deux ans.
  • 5 avril : Au Pérou, le président Alberto Fujimori, qui conduit une politique de thérapie de choc néolibérale, renverse son propre gouvernement, dissout le Congrès et s'accorde les pleins pouvoirs.
  • juin : Fidel Castro participe au Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro.
  • juillet : Fidel Castro participe au Deuxième Sommet ibéro-américain, qui se tient à Madrid. Invité par le président de la Galice, Manuel Fraga, il se rend à Lancara, le village où est né son père, dans la province de Lugo.
  • 12 septembre : Au Pérou, démantèlement de la direction du Sentier lumineux. Le chef de l'organisation, Abimael Guzmán, est fait prisonnier et sera condamné, un mois plus tard, à la réclusion à perpétuité.
  • octobre : Le Congrès américain approuve la loi Torricelli, qui durcit l’embargo économique et commercial des États-Unis contre Cuba.
  • octobre : Carlos Aldana, membre du Bureau politique chargé de l'idéologie et considéré comme le « troisième homme » dans la hiérarchie de Cuba, est limogé en raison de « déficiences dans son travail et graves erreurs à caractère personnel ».
  • 20 décembre : Premières élections municipales au suffrage direct à Cuba. Le Parti communiste en tant que tel ne présente pas de candidats.

1993
  • 24 février : Premières élections législatives directes de la moitié des 600 députés de l'Assemblée nationale de Cuba. Le Parti communiste en tant que tel ne présente pas de candidats officiels. Fidel Castro est élu député dans une circonscription de Santiago de Cuba et réélu par l'Assemblée nationale président du Conseil d'État et du Conseil des ministres.
  • 27 juillet : Les marchés libres paysans sont autorisés, de même que le travail à son propre compte et le métayage. Cela permet aux paysans de réserver une partie de leur récolte aux marchés libres. L'interdiction des échanges en dollars est aussi levée, et les Cubains sont autorisés à recevoir de l'argent de l'étranger. Le tourisme est encouragé, et dès septembre, les petites entreprises privées sont autorisées.
  • 22 novembre : Visite à Cuba du président chinois Jiang Zémîn.
  • décembre : Alina Fernández Revuelta, « fille rebelle » de Fidel Castro, née le 3 mars 1956 d'une liaison avec Naty Revuelta, quitte clandestinement Cuba. Elle s'installe d'abord en Espagne puis à Miami où elle rejoint les rangs des adversaires de la révolution cubaine.

1994
  • Mai : En Afrique du Sud, Fidel Castro assiste à la cérémonie d'entrée en fonctions du président Nelson Mandela.
  • 13 juillet : Naufrage d'un remorqueur détourné par des émigrants illégaux qui se solde par une trentaine de morts.
  • 5 août : Émeutes à La Havane, provoquées par de fausses informations diffusées par des radios anti-cubaines de Miami. Fidel Castro vient en personne calmer les émeutiers.
  • 16 août : En réponse à l'attitude de non-respect systématique par les États-Unis des accords migratoires souscrits avec Cuba, Fidel Castro annonce qu'il ne s'opposera pas au départ de ceux qui souhaitent quitter Cuba. Plusieurs milliers de balseros se jettent à la mer pour tenter de gagner les côtes des États-Unis.
  • 9 septembre : Nouvel accord migratoire signé à New York. Les États-Unis s'engagent à concéder pas moins de vingt mille visas par an, et à renvoyer à Cuba toutes les personnes interceptées en mer.
  • 14 décembre : Fidel Castro reçoit, à l'aéroport de La Havane, le lieutenant-colonel de parachutistes Hugo Chávez, libéré de prison depuis huit mois. Il avait été condamné pour sa participation à une tentative de putsch en 1992 contre le gouvernement de Carlos Andrés Pérez.

1995
  • 13 juillet : Des avions Cessna-337 de l'organisation contre-révolutionnaire Hermanos al rescate, venus de Floride, pénètrent dans l'espace aérien cubain et lancent des tracts.

1996
  • 13 janvier : Des avions de l'organisation Hermanos al rescate violent de nouveau l'espace aérien cubain et lancent des tracts au-dessus de La Havane.
  • 24 février : La chasse cubaine abat deux avions pilotés par des membres de l'organisation Hermanos al rescate, qui avaient violé à plusieurs reprises l'espace aérien cubain. Les pilotes Armando Alejandre, Carlos Costa, Mario de la Pena et Pablo Morales sont tués.
  • 5 mars : Le Congrès des États-Unis vote la loi Helms-Burton, ratifiée le 12 mars par le président Clinton. Elle durcit encore le blocus économique contre Cuba et menace de représailles tout investissement étranger dans l'île, et de sanctions les entreprises étrangères qui utiliseraient des propriétés de citoyens américains nationalisées à Cuba.
  • 1er mai : Les autorités cubaines avertissent officiellement l'administration des États-Unis que tout avion étranger qui pénétrerait dans l'espace aérien cubain et s'approcherait de La Havane pendant les cérémonies du 1er mai serait abattu.
  • 15 juin : Fidel Castro participe à la Conférence de l'ONU sur l'habitat à Istanbul. Au retour il fait escale aux Canaries et visite Tenerife.
  • 27 juin : L'Organisation internationale de l'aviation civile des Nations unies (OACI) publie un rapport affirmant que les deux avions Cessna-337 d'Hermanos al rescate ont été abattus au-dessus des eaux internationales. La Havane maintient qu'ils l'ont été à l'intérieur de la limite des 12 milles de ses eaux territoriales.

1997
  • 19 février : A Pékin, mort de Deng Xiaoping, le grand réformateur du communisme chinois. Jiang Zemin apparaît comme le nouvel homme fort du pays.
  • Avril : Début d'une série d'attentats à la bombe dans des hôtels de La Havane et de Varadero, commandités par les organisations terroristes de Miami. Le jeune touriste italien Fabio Di Celmo est tué dans l'un de ces attentats.
  • 10 septembre : Raúl Cruz León, ressortissant salvadorien, est arrêté à La Havane. Il avoue être l'auteur de six des attentats. Il reconnaît que des exilés cubains de Miami lui ont promis 4500 dollars pour chaque attentat. L'enquête met en évidence la participation du terroriste d'origine cubaine Luis Posada Carriles.
  • octobre : Le Parti communiste de Cuba tient son Cinquième Congrès. Fidel Castro est réélu Premier secrétaire, et confirme que Raúl Castro, second secrétaire, serait son successeur s'il venait à disparaître.
  • 17 octobre : Inhumation, au mausolée de Santa Clara, des restes d'Ernesto Che Guevara, trouvés en Bolivie après des recherches prolongées. Dans son éloge funèbre, Fidel Castro déclare : « Tu te trouves partout où il y a une cause juste à défendre ; tu es un prophète pour tous les pauvres du monde. »

1998
  • 21 au 25 janvier : Visite à Cuba du pape Jean-Paul II
  • 6 mai : L'écrivain Gabriel Garcia Marquez remet un message de Fidel Castro au président Clinton dans les bureaux de la Maison-Blanche, à Washington. Dans sa missive, Fidel informe Clinton des activités terroristes orchestrées depuis les États-Unis par des Cubains contre-révolutionnaires.
  • 16 et 17 juin : À la suite de la démarche de Gabriel Garcia Marquez, les autorités cubaines invitent à La Havane deux importants responsables du FBI et leur remettent de nombreux documents qui démontrent l'activité terroriste de plusieurs activistes résidant en Floride.
  • 12 juillet : Dans une interview publiée par The New York Times, Luis Posada Carriles reconnaît avoir organisé la campagne d'attentats contre des objectifs touristiques de 1997. Il admet que cette campagne a été financée par Jorge Mas Canosa et la Fondation nationale cubano-américaine, et qu'il a effectivement payé le Salvadorien Raúl Cruz Léon pour poser des bombes dans des hôtels.
  • août : Le FBI démonte accidentellement une conspiration d'exilés cubains visant à assassiner Fidel Castro pendant le Huitième Sommet ibéro-américain.
  • 12 septembre : Sur la base des documents remis par les autorités cubaines, le FBI, au lieu d'arrêter les personnes soupçonnées d'activités terroristes en Floride, procède à l'arrestation de cinq agents cubains infiltrés dans les organisations terroristes de Cubains exilés, et qui avaient pour mission de combattre le terrorisme contre Cuba.
  • 16 octobre : En Espagne, le juge Baltasar Garzón signe un ordre international d'arrestation contre Augusto Pinochet. L'ancien dictateur chilien est arrêté neuf heures plus tard à Londres.
  • 20 octobre : Fidel Castro participe au Sommet ibéro-américain de Porto (Portugal) et en profite pour visiter l'Extrémadure (Espagne) et la ville de Mérida.
  • 30 octobre : Manuel Fraga, président de la Xunta de Galice (Espagne) arrive en visite officielle à Cuba et s'entretient avec Fidel Castro.
  • 6 décembre : Au Venezuela, Hugo Chávez est élu président.

1999
  • 17 janvier : Première visite d'État à Cuba du président Hugo Chávez.
  • 27 février : À New York, l'ONU rend public le rapport Guatemala, Memory of Silence, qui accuse le gouvernement des États-Unis d'avoir joué un rôle essentiel dans le soutien apporté au génocide et au terrorisme d'Etat au Guatemala. La Commission de clarification historique rappelle la torture systématique et l'assassinat de 200000 personnes, en grande majorité des Mayas, pendant la répression entre 1978 et 1983.
  • 28 mai : Roberto Robaina, ministre des Relations extérieures, est démis de ses fonctions. Il sera expulsé du Parti en mai 2002,
  • 14-16 novembre : Dans le cadre du Neuvième Sommet ibéro-américain, qui se tient à la Havane, le roi d'Espagne, Juan Carlos, se rend à Cuba.
  • 25 novembre : Le jeune Elián Gonzalez est repêché en face des côtes de Floride après la mort par noyade de sa mère et de dix autres Cubains qui tentaient de rejoindre les États-Unis. Cédant à la pression de la communauté cubaine de Miami, les autorités américaines permettent que l'enfant reste dans cette ville malgré la requête de son père, demandant qu'il soit rendu à Cuba. C'est le début de la grande bataille pour le retour d'Elián.
  • 30 novembre-3 décembre : Sommet de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle, aux États-Unis, donnant lieu à de grandes manifestations de protestation. Naissance du mouvement international de lutte contre la globalisation néolibérale.

2000
  • 21 janvier : En Équateur, le président Jamil Mahuad est renversé par une insurrection populaire et une mobilisation des indigènes appuyés par un groupe d'officiers, parmi lesquels le colonel Lucio Gutiérrez.
  • 28 juin : Elián Gonzalez est autorisé par les autorités judiciaires américaines à retourner à Cuba avec son père. C'est une grande victoire pour Fidel Castro.
  • septembre : Au siège de l'ONU, à New York, Fidel Castro participe au Sommet du millénium. C'est l'occasion d'une fugace rencontre avec le président Clinton, au cours de laquelle ils se serrent la main et se livrent à un échange formel. C'est la première fois en quarante ans qu'un président des États-Unis parle directement avec Fidel Castro.
  • 26-30 octobre : Visite d'État de Fidel Castro au Venezuela. Il est reçu en héros à Caracas.
  • 29 octobre : Au Pérou, le président Alberto Fujimori, mêlé à des scandales de corruption et d'abus de pouvoir, fuit le pays et se réfugie au Japon. Il sera destitué le 21 novembre.
  • 30 octobre : Accord entre Cuba et le Venezuela : Caracas livrera quotidiennement à Cuba 53000 barils de brut à des tarifs préférentiels et avec des facilités de paiement (Cuba consomme à cette époque 150000 barils par jour, dont elle ne produit que 75000). De son côté, Cuba fournira des médicaments génériques et des équipements médicaux, et installera un centre de production de vaccins au Venezuela. À ce jour, près de 15000 médecins et techniciens de santé cubains participent à la mission « Barrio Adentro », dont l'objectif est de garantir l'accès aux soins de 17 des 25 millions de Vénézuéliens. Il y a aussi au Venezuela des milliers d'instituteurs et professeurs cubains qui participent à des missions d'alphabétisation, et des milliers d'entraîneurs sportifs.
  • novembre : Les services de Renseignements cubains démantèlent une conspiration de Luis Posada Carriles visant à assassiner Fidel Castro au Panama, à l'occasion du Dixième Sommet ibéro-américain. Posada Carriles et trois complices sont arrêtés par les autorités panaméennes.
  • 13-17 décembre : Visite à Cuba du président russe, Vladimir Poutine.

2001
  • 25-30 janvier : Premier Forum social mondial, à Porto Alegre, au Brésil, avec pour slogan : « Un autre monde est possible. » Plus de 30000 jeunes du monde entier se réunissent pour proposer des solutions de remplacement à la globalisation néolibérale. Naissance du mouvement altermondialiste.
  • 23 juin : Dans le quartier du Cotorro, à La Havane, pendant un discours télévisé de trois heures, Fidel Castro est victime d'un évanouissement de quelques minutes attribué à la chaleur et au soleil excessifs. Huit heures plus tard, dans une émission de télévision, Fidel Castro commente l'événement.
  • 11-13 août : Nouvelle visite de Fidel Castro au Venezuela. A l'occasion de son soixante-quinzième anniversaire, il est reçu par le président Hugo Chávez dans la ville de Ciudad Bolivar (Venezuela).
  • 11 septembre : Attentats contre les tours jumelles du World Trade Center, à New York, et contre le Pentagone, à Washington. Environ trois mille morts. Fidel Castro condamne les attentats, exprime sa compassion pour les victimes, et propose une assistance logistique (accès aux aéroports cubains) aux autorités américaines. Il déclare que le terrorisme ne se combat pas seulement par la guerre.
  • 19 décembre : En Argentine, insurrection populaire à Buenos Aires contre les politiques néolibérales. Le gouvernement déclare l'état de siège et fait tirer contre les manifestants. Des dizaines de morts. La colère des insurgés décuple. Le président Fernando de la Rúa est renversé le 21.

2002
  • 7 janvier : Washington informe Cuba de son intention de créer, dans l'enceinte de la base navale de Guantánamo, occupée contre la volonté de Cuba, une prison destinée à recevoir des prisonniers en provenance d'Afghanistan, suspectés d'avoir participé à des actions de terrorisme international. Les conditions d'incarcération mises en place par les autorités américaines, et le traitement des prisonniers, sont à l'origine d'un scandale international.
  • 11 avril : A Caracas, coup d'État contre le président Hugo Chávez. Fidel Castro suit de très près les événements. Le coup d'État échoue, et Hugo Chávez revient au pouvoir à l'aube du 14 avril.
  • 6 mai : Le président George W. Bush accuse Cuba de mener des recherches sur des armes biologiques.
  • 12-17 mai : Visite de Jimmy Carter, ancien président des États-Unis, à Cuba. Dans le grand amphithéâtre de l'université de La Havane, il prononce un discours retransmis en direct par la télévision cubaine.
  • 21 mai : Le président George W. Bush inclut Cuba dans la liste des pays qui « soutiennent le terrorisme ».
  • 27 octobre : Au Brésil, Luiz Inacio Lula Da Silva, syndicaliste et dirigeant ouvrier, fondateur du Parti des travailleurs, ami personnel de Fidel Castro, est élu président.
  • 11 novembre : Arrivée à La Havane de James Cason, nouveau responsable du Bureau d'intérêts américain. Ses initiatives sont immédiatement provocatrices.
  • 25 novembre : En Équateur, le colonel Lucio Gutiérrez, soutenu par les forces populaires et les organisations indigènes, est élu président.

2003
  • mars : Quelque 75 opposants sont arrêtés, jugés, et condamnés à de lourdes peines de prison, parmi eux le poète Raúl Rivero. Le gouvernement cubain les accuse d'obéir à un plan élaboré par le Bureau d'intérêts des États-Unis.
  • 20 mars : Des avions américains bombardent Bagdad, Début de la guerre en Irak.
  • avril : Un groupe d'hommes ayant détourné un bac dans la baie de La Havane sont arrêtés et jugés. Trois d'entre eux, condamnés à la peine capitale, sont exécutés.
  • 27 avril : En Argentine, sur la base d'un programme radicalement contre le néolibéralisme, Nestor Kirchner est élu président.
  • 13 mai : Washington expulse quatorze diplomates cubains.
  • 26 mai : À Buenos Aires, Fidel Castro assiste à la prise de fonction du président Nestor Kirchner. À l'université de la ville, il prononce un discours en présence de milliers de jeunes.
  • juin : En représailles contre l'emprisonnement des opposants, et l'exécution de trois personnes, les pays de l'Union européenne décident d'inviter les opposants cubains et leurs familles dans leurs ambassades, à l'occasion de leur fête nationale. Le gouvernement cubain riposte en gelant les relations avec les ambassades qui se sont pliées à cette mesure, et en privant les diplomates européens d'interlocuteurs.
  • 14 juin : Les autorités cubaines ferment, à La Havane, le Centre culturel d'Espagne, accusée d'« être à l'origine des sanctions adoptées par l'Union européenne contre Cuba ».
  • 18 juin : Plus de huit millions de Cubains signent une pétition de modification constitutionnelle pour rendre le socialisme « irrévocable ».
  • 26 juin : L'Assemblée nationale vote la modification de la Constitution et rend le socialisme « irrévocable ».
  • 16 septembre : Le ministre des Relations extérieures de Cuba, Felipe Pérez Roque, dénonce le blocus économique imposé par les États-Unis, et qui aurait coûté à Cuba des dommages pour un montant de 72 milliards de dollars.
  • 19 septembre : Pour la première fois en quarante ans, un Cubain qui avait détourné un avion de ligne en avril 2003 pour se rendre à Miami est condamné à vingt ans de prison par un tribunal de Floride.
  • 24-27 septembre : Le président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, se rend à Cuba et signe douze accords de coopération.
  • 10 octobre : En Floride, le président Bush s'engage à intensifier la pression contre Cuba, et annonce la création d'une « Commission d'aide à une Cuba libre ». En 2002, environ 230000 Américains s'étaient rendus dans l'île, et plus de 40000 l'avaient fait illégalement, s'exposant à des amendes allant jusqu'à 250000 dollars.
  • octobre : À la suite des dommages causés par l'ouragan Michelle, le gouvernement des États-Unis autorise la vente à Cuba de produits alimentaires et agricoles. Les États-Unis deviennent ainsi, malgré l'embargo en vigueur depuis 1962, le plus grand fournisseur de produits alimentaires et agricoles de Cuba.
  • 17 octobre : En Bolivie, les mouvements populaires manifestent et réclament la nationalisation des hydrocarbures. Les forces de l'ordre tirent sur la foule et tuent de nombreux manifestants. Le président Gonzalo Sánchez de Losada est renversé.
  • 28 octobre : L'intellectuel américain Noam Chomsky se rend pour la première fois à Cuba. Il participe à la XXVe assemblée du Conseil latino-américain de sciences sociales (CLACSO). Fidel Castro assiste à sa conférence et s'entretient avec lui.
  • 29 octobre : L'Internationale socialiste, réunie à Sao Paulo (Brésil) dénonce l'embargo imposé par les États-Unis à Cuba. Et demande aussi à La Havane de « libérer les détenus politiques » et d'adopter des « réformes démocratiques ».
  • 31 octobre : En Uruguay, Tabaré Vázquez, chef de file du Frente Amplio (coalition de partis de gauche), est élu président.
  • 1er novembre : Le chanteur cubain Pablo Mîlanés déclare à Bogota : « À Cuba il y a des erreurs et nous avons le droit de les dénoncer. »
  • 14 décembre : L'opposant Oswaldo Paya rend public à La Havane un « programme de transition politique » pour Cuba.

2004
  • 3 janvier : Discours de Fidel Castro au théâtre Karl Marx de La Havane, à l'occasion du 45e anniversaire de la victoire de la révolution. Il y dénonce l'ALCA (Zone de libre-échange des Amériques), projet défendu par Washington, et la définit comme un « assaut final contre l'indépendance de l'Amérique latine ».
  • 15 janvier : Les autorités adoptent, « pour des raisons d'infrastructure », des mesures qui limitent l'accès à Internet.
  • 21 janvier : Le patriarche œcuménique Bartolomé Ier, leader spirituel de 140 millions de chrétiens orthodoxes, arrive à Cuba.
  • 29 janvier : Fidel Castro accuse le président des États-Unis, George Bush, d'ourdir des plans d'assassinat contre lui.
  • 5 février : Ouverture du Salon du livre de La Havane. L'Allemagne, pays invité, décide de ne pas participer officiellement pour protester contre la condamnation de 75 opposants en mars 2003.
  • 11 février : Le ministre du Tourisme, Ibrahim Ferradaz, est démis de ses fonctions.
  • 24 février : L'Unesco attribue le Prix mondial de la Liberté de la presse au poète Raúl Rivero, condamné en avril 2003 à vingt ans de prison.
  • 14 avril : Aux États-Unis, la chaîne de télévision HBO diffuse le documentaire d'Oliver Stone Looking for Fidel (En quête de Fidel), deuxième version du documentaire Comandante, tourné en février 2002, et que la chaîne avait refusé de diffuser, le jugeant « favorable à Cuba ».
  • 24 avril : Le juge américain James L. King condamne six Cubains à plus de vingt ans de prison pour avoir détourné un avion de la société Aérotaxi après son décollage de l'île des Pins, à Cuba, le 19 mars 2003.
  • 29 avril : Dans un rapport du département d'État, Washington accuse Cuba « d'entretenir des relations avec le terrorisme international ».
  • avril : Crise diplomatique entre le Mexique et Cuba. Après le vote mexicain condamnant Cuba à la Commission des droits de l'homme de l’ONU, Fidel Castro affirme que le gouvernement du président Vicente Fox a réduit en cendres la politique extérieure mexicaine en se pliant aux intérêts des Etats-Unis.
  • 8 mai : L'administration américaine rend public un plan pour « accélérer la transition vers la démocratie à Cuba », qui limite les voyages de Cubains résidant aux États-Unis et durcit l'embargo économique et commercial. Ce plan prévoit d'accorder 36 millions de dollars aux groupes d'opposition à l'intérieur de Cuba.
  • 10 mai : Les opposants Eloy Gutiérrez Menoyo, Oswaldo Paya et Elizardo Sánchez critiquent les nouvelles mesures adoptées par Washington contre Cuba, et dénoncent le plan pour « accélérer la transition ».
  • 14 mai : A La Havane, en présence de milliers de manifestants, Fidel Castro lit sa « première épître à George Bush ».
  • 18 mai : Cuba organise à La Havane une rencontre des dirigeants modérés de l'opposition en exil et invite Eloy Gutiérrez Menoyo, président du groupe Cambio cubano.
  • 10 juin : Les autorités cubaines remettent en liberté cinq des opposants condamnés en avril 2003.
  • 21 juin : Dans un discours, Fidel Castro lit sa « seconde épître à George Bush », et déclare que les nouvelles sanctions américaines pourraient provoquer une nouvelle grave crise migratoire, et même une guerre.
  • 23 juin : Les autorités remettent en liberté deux autres opposants condamnés en avril 2003.
  • juillet : Mise en application des mesures adoptées en février par le gouvernement des États-Unis, destinées à « saper le régime cubain ». Les visites des exilés cubains sont limitées à quatorze jours tous les trois ans et ne concernent que les familles, l'argent qu'ils peuvent apporter à Cuba passe de 3000 à 300 dollars. Les dépenses quotidiennes autorisées passent de 164 à 50 dollars par jour, le poids des bagages, auparavant illimité, est réduit à 27 kilos par personne, l'argent envoyé depuis les Etats-Unis ne peut pas excéder 1200 dollars par an, et ne peut être destiné à la proche famille. Le flux de dollars des États-Unis vers Cuba, constitué par les virements et les visites d'1 million 300000 Cubains résidant aux États-Unis, atteignait, en 2003, 1 milliard 200 millions de dollars par an.
  • 17 juillet : Dans un discours électoral prononcé en Floride, le président George W. Bush accuse Fidel Castro d'avoir transformé Cuba en une « plaque tournante du tourisme sexuel ».
  • 22 juillet : Une des opposantes les plus connues, Martha Beatriz Roque, arrêtée en mars 2003 et condamnée à 20 ans de réclusion, est remise en liberté.
  • 26 juillet : À Santa Clara, à l'occasion du 51e anniversaire de l'attaque contre la caserne Moncada, Fidel Castro, en réponse aux accusations du président des États-Unis, évoque les liens entre le fondamentalisme religieux de George Bush et son penchant pour l'alcool.
  • 15 août : Au Venezuela, le président Hugo Chávez gagne le référendum révocatoire, son pouvoir s'en trouve consolidé. Plus de 10000 jeunes Vénézuéliens ont voyagé à Cuba, dans le cadre du Plan espoir, pour recevoir quarante-cinq jours de cours et se former comme travailleurs sociaux. A leur retour, ils ont rejoint le Front Francisco de Miranda, et mobilisé les électeurs à la veille du référendum révocatoire.
  • 19 août : Le Mexique, l'Uruguay, El Salvador, le Nicaragua et le Costa Rica s'opposent, à Rio de Janeiro, à l'admission de Cuba dans le Groupe de Rio, réclamée par le Brésil.
  • 26 août : Cuba rompt ses relations diplomatiques avec le Panama à la suite de l'amnistie concédée par Mireya Moscoso, la présidente, à Posada Carriles et à trois de ses complices, condamnés pour avoir voulu assassiner Fidel Castro.
  • 10-13 septembre : En prévision de l'arrivée du cyclone Ivan, le plus violent des cinquante dernières années, des centaines de milliers de personnes sont évacuées. Par le biais de la télévision, Fidel Castro participe à l'organisation de la défense civile.
  • 30 septembre : À la suite d'une panne de la principale centrale thermoélectrique du pays, le gouvernement cubain adopte des mesures drastiques pour économiser l'électricité. Cent dix-huit entreprises, et quarante hôtels de La Havane et de Varadero mettent la clé sous la porte. Les coupures de courant de six heures par jour, quatre fois par semaine, créent un mécontentement populaire.
  • 14 octobre : Le ministre de l'Industrie de base, Marcos Portal, est démis de ses fonctions. Il est considéré comme responsable des coupures de courant. Portal était membre du Bureau politique du Parti et l'époux d'une nièce de Fidel Castro.
  • 20 octobre : Fidel Castro se fracture le genou gauche et se fissure le bras droit après une chute à la fin d'un discours public, à Santa Clara, devant le mausolée où reposent les restes d'Ernesto Che Guevara. Quelques heures plus tard, il apparaît à la télévision, et annonce lui-même, « pour éviter toute spéculation », qu'il s'est fracturé un genou et blessé un bras.
  • 26 octobre : Fidel Castro réapparaît à la télévision, le bras droit en écharpe, pour annoncer la fin de la « dollarisation » de l'économie cubaine. A partir du 8 novembre, la circulation du dollar est suspendue. Le dollar sera remplacé par le peso convertible, CUC (Cuban Unity Currency).
  • 16 novembre : L'Union européenne admet que la rupture du dialogue avec Cuba « n'est pas positive ».
  • 23 novembre : Visite à Cuba du président chinois Hu Jintao. Des accords portant sur plus de 500 millions de dollars sont signés. Ils concernent des investissements dans l'industrie cubaine du nickel, des crédits destinés à l'éducation, et l'achat d'un million de téléviseurs chinois.
  • 25 novembre : Après un froid qui a duré plus d'un an, Cuba normalise ses relations diplomatiques avec l'Espagne.
  • 30 novembre : Le poète Raúl Rivero est remis en liberté, ainsi que quatre autres opposants. Rivero part en exil en Espagne.
  • 13 décembre : Toute l'île est le théâtre des gigantesques manœuvres militaires « Bastion 2004 », organisées « en réponse aux agressions et menaces répétées des États-Unis ».
  • 14 décembre : À La Havane, Fidel Castro et Hugo Chávez signent un accord de coopération qui renforce les relations déjà existantes entre Cuba et le Venezuela. L'accord établit la suppression des barrières douanières entre les deux pays, facilite les investissements, fixe un « prix minimum de 26 dollars le baril » pour le pétrole, et prévoit un financement vénézuélien de projets énergétiques dans l'industrie électrique cubaine. Cet accord est signé dans le cadre de l'ALBA (Alternative bolivarienne des Amériques), proposée par le président vénézuélien en riposte au projet américain de l'ALCA.
  • 16 décembre : À La Havane, Fidel Castro rencontre plus de trois cents chefs d'entreprise américains, pour la plupart fermiers et agriculteurs.
  • 22 décembre : Des opposants modérés créent, à La Havane, la revue numérique Consenso (www.consenso.org) avec l'accord des autorités.
  • 26 décembre : Fidel Castro annonce la découverte par la société canadienne Sherritt-Peberco d'un nouveau gisement de brut semi lourd au large des côtes du nord de La Havane. Les réserves accessibles seraient de 100 millions de barils.

2005
  • 3 janvier : Cuba reprend des contacts officiels avec huit pays de l'Union européenne : l'Allemagne, l'Autriche, la France, la Grèce, l'Italie, le Portugal, la Grande-Bretagne et la Suède. Dans les jours qui suivent, Cuba normalise ses relations diplomatiques avec tous les pays de l'Union européenne.
  • 10 janvier : La Commission cubaine pour les droits humains et la réconciliation nationale (non reconnue par les autorités) publie la liste des « 294 prisonniers politiques» de l'île. La Commission accuse le gouvernement cubain de refuser toute coopération avec la Croix-Rouge internationale.
  • 13 janvier : Dans un article du New York Times, l'éditorialiste Nicholas D. Kristof affirme que « si les États-Unis avaient le même taux de mortalité infantile que Cuba, 2212 enfants américains survivraient chaque année ».
  • 15 janvier : La Cour suprême des États-Unis déclare illégale la détention aux États-Unis de plus de 700 Cubains qui, bien qu'ayant déjà accompli leur peine, se trouvent dans un vide légal, indéfiniment emprisonnés parce que Cuba refuse leur retour dans l'île. La majorité de ces Cubains était arrivée en Floride en 1980 par le pont maritime de Mariel.
  • 21 février : Mort à Londres de l'écrivain Guillermo Cabrera Infante exilé depuis 1965 et très critique à l'égard de la révolution cubaine. Le quotidien Granma ne publie pas la nouvelle.
  • 8 mars : Dans un discours prononcé à l'occasion de la Journée internationale de la femme, Fidel Castro annonce que Cuba est sur le point d'atteindre « l'invulnérabilité économique ». Il assure que le problème du déficit énergétique sera résolu en 2006, que la construction de logements sera doublée, et que le parc de locomotives et de cars inter-provinces sera renouvelé. Il annonce aussi la prochaine distribution de cinq millions d'autocuiseurs.
  • 17 mars : Fidel Castro annonce une réévaluation de 7 % du peso, en raison des « excellent résultats » de l'économie cubaine.
  • 18 mars : Amnesty International demande à Cuba la libération de « soixante et onze prisonniers de conscience ».
  • 2 avril : Au Vatican, mort du pape Jean-Paul II
  • 13 avril : Fidel Castro accuse les États-Unis d'offrir un sanctuaire à Posada Carriles, le terroriste cubain condamné pour l'attentat contre un avion de Cubana de Aviación en 1976, dans lequel avaient péri 73 personnes.
  • 14 avril : À Genève, sous la pression des États-Unis, la Commission des droits de l'homme de l'ONU condamne Cuba.
  • 19 avril : Au Vatican, le cardinal Joseph Ratzinger, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, et doyen du Collège des cardinaux, est élu pape. Il prend le nom de Benoît XVI.
  • 21 avril : Dans une allocution télévisée, Fidel Castro annonce que, pour économiser l'énergie électrique, on ne vendra plus à Cuba d'ampoules incandescentes traditionnelles. Il demande « un peu de patience » aux Cubains et affirme que les coupures de courant cesseront dans le second semestre de 2006.
  • 28 avril : À La Havane, Hugo Chávez et Fidel Castro participent à la Quatrième Rencontre hémisphérique de lutte contre l'ALCA.
  • 2 mai : Le socialiste chilien José Miguel Insulza est élu secrétaire général de l'Organisation des Etats américains, contre l'avis de Washington. C'est la première fois que les Etats-Unis ne parviennent pas à imposer un de leurs hommes à ce poste stratégique.
  • 17 mai : Plus d'un million de Cubains, avec à leur tête Fidel Castro, défilent à La Havane pour dénoncer le double langage antiterroriste de Bush, qui protège Luis Posada Carriles, auteur d'attentats contre des civils cubains. Le même jour, sous l'accusation d'entrée illégale sur le territoire américain, les autorités américaines arrêtent le terroriste.
  • 20 mai : Ouverture à La Havane du plus important Forum dissident jamais organisé à Cuba : quelque 150 représentants de groupes opposants se réunissent pour parler de démocratie et de transition. Les autorités n'interdisent pas le rassemblement.
  • 27 mai : Le Groupe de travail sur les détentions arbitraires de l'ONU dénonce l'emprisonnement « arbitraire » aux États-Unis de cinq Cubains, et souligne que cela viole les normes internationales.
  • 6 juin : En Bolivie, des manifestations populaires avec l'appui des organisations indigènes, soutenues par Evo Morales, réclament la nationalisation du pétrole et du gaz. Le président Carlos Mesa est renversé.
  • 29 juin : Fidel Castro et Hugo Chávez participent à la première rencontre de chefs d'État et de gouvernement des Caraïbes organisée à Puerto La Cruz (Venezuela). La finalité de cette rencontre est de mettre en route l'intégration énergétique de la région.
  • 24 juillet : Lancement à Caracas de la chaîne internationale Telesur, chaîne de télévision latino-américaine. C'est un projet mené à bien grâce à la collaboration entre le Venezuela, Cuba, l'Argentine, l'Uruguay, et le Brésil.
  • 26 juillet : Pendant les cérémonies du 52e anniversaire de l'attaque contre la caserne Moncada, Fidel Castro qualifie les dissidents et opposants de « traîtres et mercenaires », et déclare que le Bureau d'intérêts américains à La Havane est la principale inspiratrice des groupes d'opposition.
  • 28 juillet : La secrétaire d'État américaine, Condoleezza Rice, nomme le premier « coordinateur de la transition cubaine », Caleb McCarry, dans le but « d'accélérer la fin de la tyrannie » à Cuba.
  • 9 août : Un tribunal des États-Unis, siégeant dans la ville d'Atlanta, demande la tenue d'un deuxième procès contre les cinq Cubains (Gerardo Hernández, Fernando Gonzalez, Ramón Labanino, René Gonzalez, et Antonio Guerrero) condamnés pour espionnage en 2001. Fidel Castro qualifie cette décision de « victoire légale » dans la lutte pour la libération des « cinq ».
  • 20 août : Fidel Castro et Hugo Chávez, avec d'autres dirigeants d'Amérique latine et des Caraïbes, président, au théâtre Karl Marx de La Havane, la cérémonie de remise des diplômes à 1610 médecins de l'École latino-américaine de médecine (ELAM), créée en 1998, où étudient gratuitement plus de 10000 jeunes de vingt-huit pays d'Amérique latine et des Caraïbes.
  • 20 août : A l'occasion de la visite à La Havane du président Martin Torrijos, Cuba et le Panama rétablissent leurs relations diplomatiques.
  • 3 septembre : Après la catastrophe humanitaire provoquée à la Nouvelle-Orléans et la Louisiane par l'ouragan « Katrina », Fidel Castro offre son aide aux Américains. Il propose l'envoi de 1100 médecins spécialisés en médecine d'urgence. Le gouvernement américain ne répond pas à la proposition cubaine.
  • 15 septembre : James Cason quitte son poste à la tête du Bureau d'intérêts des Etats-Unis à La Havane. Il est remplacé par le diplomate Michael Parmly.
  • 28 septembre : La justice des États-Unis décide de ne pas extrader au Venezuela ou à Cuba Luis Posada Carriles, ex-agent de la CIA de 77 ans, en cavale d'une prison vénézuélienne depuis 1985, alors qu'il allait être jugé pour un attentat à la bombe perpétré contre un avion cubain et qu'il était entré illégalement aux États-Unis. Au prétexte qu'il « pouvait être torturé dans ces deux pays ».
  • octobre : Aux Etats-Unis, le Sénat confirme la nomination de Thomas Shannon au poste de secrétaire d'Etat adjoint pour les affaires inter-américaines ; il succède à Otto Reich et Roger Noriega. Il avait été conseiller politique à l'ambassade des Etats-Unis à Caracas, et en avril 2002 s'était réjoui de l'éphémère « victoire » des putschistes contre le président Chávez.
  • 2 octobre : L'Union européenne demande à Cuba d'« améliorer les conditions de détention des détenus politiques ».
  • 14-15 octobre : Sommet ibéro-américain à Salamanque, en Espagne. Fidel Castro n'assiste pas au sommet. Les chefs d'État des pays ibéro-américains condamnent le blocus contre Cuba, et demandent aux autorités des États-Unis d'accélérer le procès du terroriste Luis Posada Carriles.
  • 15 octobre : À La Havane, les jeunes travailleurs sociaux prennent le contrôle des stations-service de la ville dans le cadre d'une campagne contre la corruption.
  • 22 octobre : Le cyclone Wilma menaçant Cuba, plus d'un demi-million de personnes sont évacuées. L'Organisation météorologique mondiale (OMM) reconnaît l'efficacité du système cubain d'alerte précoce aux désastres naturels qui permet de réduire les dommages humains et économiques des catastrophes.
  • 28 octobre : Dans un discours, Fidel Castro critique les « nouveaux riches » et lance une offensive contre l'enrichissement illicite, « l'aisance » de certains cadres dirigeants, la corruption, et le vol.
  • 28 octobre : Le Parlement européen de Strasbourg attribue le prix Sakharov des droits humains aux « Dames en blanc », groupe d'épouses des opposants arrêtés en mars 2003.
  • 4 et 5 novembre : Le Sommet des Amériques, qui se tient dans la ville argentine de Mar del Plata, rejette la proposition d'une Aire de Libre-échange des Amériques (ALCA) proposée par le président George W. Bush.
  • 7 novembre : Publication, avec plusieurs années de retard, des résultats du recensement de 2002. Cette année-là, la population cubaine était de 11 177 743 habitants.
  • 8 novembre : L'ONU condamne pour la quatorzième fois l'embargo imposé à Cuba par les États-Unis. Le rejet a été voté par 182 pays, et seulement 4 ont voté contre.
  • 17 novembre : Dans un important discours, Fidel Castro affirme que la corruption et le vol généralisé de l'État mettent en danger la révolution. II annonce une offensive contre la corruption.
  • 23 novembre : Le nombre de touristes atteint le chiffre de deux millions. C'est le meilleur résultat de l'histoire du Cuba.
  • 7 décembre : La brigade médicale du contingent contre les catastrophes Henry Reeve, qui est venue en aide aux communautés indigènes des hauts plateaux guatémaltèques après l'ouragan Stan, regagne Cuba.
  • 8 décembre : Fidel Castro participe au Deuxième Sommet Cuba-Caricom à Bridgetown, à La Barbade.
  • 12 décembre : Cuba et l'État américain de Virginie signent un accord pour la vente de produits agricoles à l'île, pour un montant de 30 millions de dollars et sur une période de dix-huit mois.
  • 14 décembre : Le Bureau de contrôle des actifs étrangers du département du Trésor des États-Unis annonce qu'il n'autorisera pas l'équipe nationale cubaine de base-ball à entrer aux États-Unis pour participer au championnat mondial de ce sport. Après une intense protestation internationale, le Bureau de contrôle revient sut sa décision.
  • 16 décembre : En présence de l'écrivain Gabriel Garcia Marquez débute à La Havane un « dialogue de paix » entre la guérilla colombienne de l'Armée de libération nationale (ELN) et des représentants du gouvernement du président Alvaro Uribe.
  • 18 décembre : À La Paz, en Bolivie, Evo Morales, dirigeant du Mouvement vers le socialisme (MAS), et ami personnel de Fidel Castro, est élu président.
  • 20 décembre : Pendant l'émission Table ronde que diffusent la radio et la télévision, les activités des opposants et les déclarations du nouveau chef du Bureau d'intérêts des États-Unis à La Havane, Michael Parmly, sont qualifiées de « provocatrices et cyniques ».
  • 23 décembre : À l'Assemblée nationale, le ministre des relations extérieures, Felipe Pérez Roque, évoque l'« après Fidel Castro » et affirme que le « vide » ne pourra être comblé qu'à trois conditions : si les « dirigeants donnent l'exemple par leur conduite austère et l'absence de privilèges », s'ils ont le soutien du peuple, et s'ils empêchent l'apparition d'une classe de propriétaires qui seraient « pro-américains ».
  • 30 décembre : Fidel Castro reçoit à La Havane le président élu de Bolivie, Evo Morales. Les deux pays signent d'importants accords de coopération.
  • 31 décembre : Les autorités annoncent que Cuba termine l'année 2005 avec une croissance économique de 11,5 %, selon des estimations du gouvernement qui incluent le prix des services sociaux. C'est le meilleur chiffre de l'île en quarante-six ans de système socialiste.

2006
  • 22 janvier : En Bolivie, Evo Morales est investi président de la République.
  • 6 janvier : Fidel Castro inaugure à La Havane, devant l'immeuble du Bureau d'intérêts des États-Unis, une « forêt de drapeaux noirs » qui symbolisent les 3478 Cubains victimes du « terrorisme parrainé par les États-Unis ». Ces drapeaux, qui masquent le bâtiment, constituent une riposte à la décision de Michael Parmly de diffuser sur la façade des informations hostiles aux autorités cubaines.
  • 15 janvier : Au Chili la candidate socialiste Michelle Bachelet est élue présidente.
  • 20 janvier : Au Brésil les présidents Lula, Chávez et Kirchner décident de construire un gazoduc de 10000 kilomètres reliant le Venezuela à Argentine.
  • janvier : Dans le cadre de la lutte contre la corruption, des fonctionnaires du Parti contrôlent des centaines de centres de production. Des dizaines de limogeages sont attendus.
  • 28 avril : Le Bureau politique du Parti communiste limoge l'un de ses membres, Juan Carlos Robinson, pour « abus de pouvoir et trafic d'influence ». Il sera condamné, le 21 juin, à douze années de prison. Jamais un membre du Bureau politique n'avait été ainsi traduit devant les tribunaux et condamné.
  • 1er mai : En Bolivie, Evo Morales signe le décret nationalisant les hydrocarbures.
  • 24 mai : La ministre en charge de la Cour des comptes, Lina Pedraza, est limogée.
  • 3 juin : A l'occasion du 75e anniversaire de Raúl Castro, le quotidien Granma lui consacre un supplément de huit pages.
  • 11 juin : Le gouvernement avertit que désormais Cuba n'acceptera plus aucune aide extérieure si celle-ci est soumise à des conditions par les pays donateurs.
  • 12 juin : Le Bureau d'intérêts des États-Unis à La Havane dénonce le fait que les autorités lui ont coupé l'électricité depuis plusieurs jours.
  • 14 juin : Dans un discours, Raúl Castro affirme que le Parti communiste est le véritable garant de l'unité des Cubains et qu'après Fidel Castro, c'est le Parti qui assumera la direction du pays.
  • 4 juillet : Le Parti communiste rétablit le Secrétariat du Comité central, qui avait été supprimé dans les années 1990, et désigne trois femmes parmi ses douze membres.
  • 10 juillet : A Washington, le président Bush rend public un rapport de la Commission pour l'assistance à une Cuba libre et affirme que « les États-Unis travaillent activement à favoriser les changements à Cuba, et ne se contentent pas d'attendre ». 80 millions de dollars seront destinés à « appuyer les Cubains qui désirent le changement ».
  • 26 juillet : A l'issue des cérémonies commémorant le 53e anniversaire de l'attaque contre les casernes Moncada à Santiago et Cespedes à Bayamo, Fidel Castro est victime d'une « crise intestinale aiguë et d'un saignement permanent ». Il est opéré en urgence le 27 juillet.
  • 31 juillet : Le soir, l'assistant personnel de Fidel Castro, Carlos Valenciaga, lit à la télévision une « proclamation du commandant en chef à la population » dans laquelle le président cubain délègue « à titre provisoire » ses fonctions à une équipe de sept personnes présidée par Raúl Castro et composée de : José Ramon Balaguer, José Ramon Machado Ventura, Esteban Lazo, Carlos Lage, Francisco Soberón, et Felipe Pérez Roque.
  • 1er août : Fidel Castro déclare que, en raison de la situation de son pays assiégé et menacé par les États-Unis, sa santé est « secret d'État ».
  • 9 août : La Cour d'appel d'Atlanta, aux États-Unis, revient sur sa décision, prise un an auparavant jour pour jour, d'annuler la condamnation des cinq Cubains accusés d'espionnage par le tribunal de Miami le 2 avril 2003.
  • 3 août : À Washington, le président Bush exhorte les Cubains « à œuvrer au changement ».
  • 13 août : Anniversaire de Fidel Castro. La presse publie les premières photos de sa convalescence. Les festivités sont reportées au 2 décembre.
  • 14 août : Nouvelle série de photos. La télévision diffuse une vidéo montrant Fidel Castro entouré de Raúl Castro et d'Hugo Chávez.
  • 16 août : Au Brésil, mort de l'ancien dictateur du Paraguay, Alfredo Stroessner.
  • 23 août : Washington propose de lever l'embargo si Cuba entame une transition démocratique à condition qu'« aucun Castro n'ait de responsabilité politique ».
  • 31 août : Ramiro Valdés, vétéran commandant de la révolution, est nommé ministre de l'Informatique et des Communications.
  • 1er septembre : La télévision cubaine diffuse une vidéo sur la rencontre entre Hugo Chávez et Fidel Castro. Le président vénézuélien déclare : « C'est ma troisième visite, et le patient va beaucoup mieux. »
  • 5 septembre : Fidel Castro affirme dans un communiqué que « le pire est passé » et qu'il « récupère à un rythme satisfaisant ». Il révèle avoir perdu 18,5 kilos, et affirme qu'il n'est pas pressé de reprendre le pouvoir parce qu'il considère qu'il est « entre de bonnes mains ».
  • 11 septembre-16 septembre : Sommet des non-alignés à La Havane. Fidel Castro, toujours convalescent, n'y participe pas. Il est élu président du Mouvement. Il reçoit en privé Kofi Annan, Abdelaziz Bouteflika, Evo Morales et Hugo Chávez.
  • 9 octobre : Raúl Castro dément l'information selon laquelle Fidel Castro serait atteint d'un « cancer en phase terminale ».
  • 17 octobre : À Washington, le président Bush promulgue une loi qui autorise la torture contre toute personne qui représenterait « un danger pour la nation ».
  • 25 octobre : Deux opposants, Ricardo Médina et Francisco Moure, sont remis en liberté.
  • 26 octobre : L'organisation écologiste World Wild Fund for Nature (WWF) déclare dans un rapport rendu public à Pékin que « Cuba est le seul pays remplissant les conditions pour un développement durable ».
  • 28 octobre : Après quarante jours sans nouvelles ni images de lui, Fidel Castro réapparaît à la télévision, qui diffuse une vidéo de six minutes où il déclare : « Je répète depuis le début que la récupération sera longue et non dépourvue de risques. » Il affirme aussi : « Je prends part à d'importantes décisions du gouvernement. » C'est sa dernière apparition publique en 2006.
  • 29 octobre : Au Brésil, Lula est réélu président.
  • 5 novembre : Au Nicaragua, Daniel Ortega, dirigeant sandiniste, remporte l'élection présidentielle. Il dédie sa victoire à Fidel Castro.
  • 8 novembre : Pour la quinzième fois consécutive, l'Assemblée générale de l'ONU condamne l'embargo de Cuba imposé unilatéralement par les Etats-Unis, par 183 voix contre 4.
  • 14 novembre : Trois opposants sont remis en liberté.
  • 16 novembre : Aux États-Unis, à San Francisco, mort, à l'âge de 96 ans, de l'économiste Milton Friedman, théoricien du néolibéralisme, qui s'était rendu au Chili dans les années 1970 et avait inspiré la politique ultralibérale du général Pinochet.
  • 26 novembre : En Equateur, le candidat de gauche, proche d'Hugo Chávez, Rafaël Correa, est élu président.
  • 28 novembre : Début des célébrations à l'occasion du 80e anniversaire de Fidel Castro. Le président adresse aux participants un message écrit dans lequel il déclare : « Je ne suis toujours pas en état - selon les médecins - d'affronter une si colossale rencontre. »
  • 28 novembre : A Londres, la chaîne britannique Channel Four diffuse un documentaire de Dollan Cannell intitulé 638 Ways to Kill Castro (638 manières de tuer Castro) sur les tentatives d'assassinat fomentées par la CIA contre le président cubain.
  • 2 décembre : Fidel Castro n'assiste pas au grand défilé militaire à La Havane à l'occasion du 50e anniversaire du débarquement du Granma. Dans son discours, Raúl Castro déclare : « Je profite de cette opportunité pour réitérer notre disposition à résoudre sur la table de négociations le différend prolongé entre les États-Unis et Cuba. »
  • 3 décembre : Au Venezuela, Hugo Chávez est réélu président.
  • 7 décembre : Un opposant du groupe de 75 détenus en mars 2003. Hector Palacios, est remis en liberté. C'est le seizième opposant de ce groupe à retrouver la liberté.
  • 10 décembre : À Santiago du Chili, mort de l'ancien dictateur Augusto Pinochet.
  • 12 décembre : À Washington, le Bureau du contrôle des actifs étrangers des États-Unis inflige une amende au réalisateur Oliver Stone pour s'être rendu à Cuba en 2002 et 2003, et avoir filmé deux documentaires sur Fidel Castro.
  • 13 décembre : Le grand architecte brésilien Oscar Niemeyer offre à Fidel Castro une grande sculpture de 9,5 tonnes qui sera installée sur une place de l'université des sciences informatiques de La Havane.
  • 15 décembre : Le Washington Post publie une déclaration de John Negroponte directeur du renseignement des Etats-Unis, dans laquelle il prédit la mort imminente de Fidel Castro.
  • 15 décembre : L'équipe gouvernementale présidée par Raúl Castro reçoit un groupe de dix membres du Congrès des États-Unis, démocrates et républicains, partisans d'une amélioration des relations entre les deux pays. C'est la plus importante délégation de législateurs américains à se rendre à Cuba depuis 1959.
  • 20 décembre : Raúl Castro réaffirme que le seul remplaçant de Fidel Castro, c'est le Parti communiste et qu'il faut favoriser la promotion des nouvelles générations.
  • 21 décembre : Cuba fait appel à un chirurgien espagnol, José Luis Garda Sabrido, pour assister l'équipe médicale qui soigne Fidel Castro. De retour à Madrid, ce médecin déclare, le 26 décembre, que le président cubain souffre d'une « maladie bénigne » ; en clair, ce ne serait pas un cancer comme le prétendent certains officiels américains.
  • 22 décembre : Le Parlement cubain se réunit en l'absence de Fidel Castro qui n'adresse aucun message écrit aux députés.
  • 30 décembre : A Bagdad, en Irak, l'ancien dictateur Saddam Hussein est exécuté par pendaison.
  • 31 décembre : Le ministre de l'Économie, José Luis Rodriguez, annonce que la croissance du PIB cubain en 2006 a été de 12,5 %, « la plus élevée de toute l'Amérique latine ». La Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL) confirme ce chiffre.